Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

Mozambique : des populations dans la rue pour demander la fin de la guerre

Mozambique : des populations dans la rue pour demander la fin de la guerre

Mozambique

Environ 800 mozambicains ont battu le pavé samedi à Maputo, la capitale pour exprimer leur indignation face à la reprise de la guerre entre les forces du Frelimo au pouvoir et celles de la Renamo

,

Des violences qui se déroulent notamment dans la région de Gorongosa (centre).

Après la guerre civile que le pays a connue de 1976 à 1992, le Mozambique est de nouveau plongé dans une période d’instabilité depuis 2013 . C’est à partir de cette année en effet que la Renamo, passé du maquis à l’opposition non armée avait décidé de reprendre les armes pour demander le partage du pouvoir. La situation s’est empirée avec le rejet par le parti de Alfonso Dhlakama des élections présidentielles et législatives de 2014.

"Le gouvernement et la Renamo doivent déposer leurs armes''

Réunis devant l’hôtel de ville, place de l’indépendance, des mozambicains ont appelé les parties en conflit à déposer leurs armes. Promettant par ailleurs de ne pas croiser les bras si leur appel n’est pas enttendu.

“On ne veut pas en finir ici. Si l’ont voit que le problème continue, nous ne resterons pas silencieux. Mais on espère avoir été enttendu.”, déclare Alice Mabota présidente de la ligue mozambicaine des droits de l’Homme.

La recrudescence de la violence au Mozambique n’est pas sans conséquence pour les populations civiles. Plusieurs d’entre elles périsent dans ces violences. Pendant que d’autres sont obligées d’abandonner leurs habitations. Selon le Haut commissariat des nations unies pour les refugiés , plus de 11 000 personnes ont trouvé refuge au Malawi.

Le Frelimo accuse les forces de la renamo de mener des attaques contrre les civils, les institutions et même les positions de l’armée. Les forces gouvernementales disent agir pour protéger les populations. Mais des témoins font aussi état des exactions des forces armées sur les populations qu’elles soupçonnent de collusion avec la Renamo.

Mi-décembre, le chef de la Renamo avait annoncé sont intention de faire tomber le régime de Maputo.

Le gouvernement et la Renamo avaient nommé des représentants chargés de préparer une rencontre entre le président mozambicain Filipe Nyusi et Afonso Dhlakama, et une reprise des négociations de paix interrompues en août 2015 par l’opposition. La matérialisation de cette volonté se fait toujours attendre.

De quoi susciter la colère des mozambicains qui semblent perdre patience. Eux qui n’aspirent qu’ à un retour à la paix, ainisi qu’ils l’ont fait savoir samedi.

Voir plus