Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Web

web

8es jeux de la Francophonie : un accord semble être trouvé entre étudiants et le gouvernement de Côte d'Ivoire

8es jeux de la Francophonie : un accord semble être trouvé entre étudiants et le gouvernement de Côte d'Ivoire

Côte d'Ivoire

Les jeux de la Francophonie se tiendront du 21 au 30 juillet 2017 à Abidjan, en Côte d’Ivoire. Les autorités ivoiriennes veulent transformer le campus universitaire de Cocody en ‘‘village’‘ pour accueillir cette 8e édition.

Mais, il y a problème, car 7000 étudiants qui résident de façon permanente sur le campus devront céder leurs places aux athlètes qui participeront à la compétition. Pour certains, cela s’avère être un casse-tête chinois, n’ayant aucun parent dans la ville d’Abidjan, ils devront se débrouiller comme ils le peuvent.

Une première tentative de déloger les étudiants par le passé avait soulevé le courroux de ces derniers. Des allégations de viol par les forces de police sur le campus avaient été rapportées en avril par les victimes et confirmées par des organisations des droits de l’homme.

Le secrétaire général du principal syndicat des étudiants avait été incarcéré suite à ces violences.

Cette fois, le gouvernement ivoirien à décider de faire profil bas. «  Si on a pris cette décision, c’est dans l’intérêt de la nation. Nous ne pouvons pas agir contre les étudiants, futurs cadres du pays » , a laissé entendre François Amichia, ministre des Sports, lors d’une rencontre avec les étudiants et le ministre de la Culture et de la Francophonie ce lundi 13 mars.

Maurice Kacou Bandama, ministre de la Culture et de la Francophonie, s’est voulu rassurant, en soulignant que l’idée d’accueillir les athlètes n’a qu’un objectif principal, ‘‘moderniser le campus universitaire pour le rendre conforme aux normes des universités internationales avec les aménagements qui y seront effectués’‘ , commente le site ivoirien Abidjan,net.

Les représentants des étudiants ont donné leur accord pour quitter les lieux à condition que leurs revendications aient une suite favorable. Entre autres, éviter les retards sur les cours et favoriser leur accès à des conditions plus souples d‘étude.

Voir plus