Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

Croissance de la violence politique en Afrique du Sud

Croissance de la violence politique en Afrique du Sud

Afrique du Sud

L’augmentation des violences politiques à moins de deux mois des élections locales en Afrique du Sud devient une source d’inquiétude pour le gouvernement.

Près d’une dizaine de militants politiques ont été tués depuis le début de l’année. Le gouvernement s’inquiète et a annoncé cette semaine la mise sur pied d’une équipe spéciale chargée d’enquêter et prendre les mesures nécessaires pour éviter de nouvelles violences.

Pas plus tard que le 7 juin dernier, un leader local de l’ANC, le parti au pouvoir, a été abattu alors qu’il sortait d’un meeting politique dans la province du KwaZulu Natal. Quelques jours avant, c’est une militante de l’EFF, le parti radical de Julius Malema, qui s’est fait tirer dessus alors qu’elle distribuait des tracts de son parti.

Les provinces du Cap oriental et surtout du Kwazulu Natal, région d’origine du chef de l’Etat sont les régions les plus touchées par cette violence politique.

Selon des analystes, l’intolérance politique a toujours existé, mais elle s’est accrue avec la concurrence. Une concurrence non seulement entre partis rivaux, mais aussi entre des camps au sein d’un même parti tel le cas de l’ANC. Il y a beaucoup de lobbying pour s’assurer que les conseillers municipaux qui seront élus sont dans le bon camp. Ce qui rend cette élection différente, c’est la présence de parti d’opposition, comme l’EFF de Julius Malema, qui ont le pouvoir de sérieusement concurrencer le parti au pouvoir. 

Le KwaZulu Natal est la région où l’ANC est le plus populaire, mais surtout où le président Zuma a le plus de soutien.

Voir plus