Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Web

web

[UPDATE] Manifestations au Kenya : un mort et six blessés (Croix-Rouge)

[UPDATE] Manifestations au Kenya : un mort et six blessés (Croix-Rouge)

Kenya

Les partisans de l’opposition kényane sont descendus ce lundi dans la rue pour protester de nouveau contre la composition de la Commission électorale. La Croix-Rouge fait état d’un mort et de six blessés.

Dernière modification : 12h12

Nouvelle journée de tension au Kenya. Les partisans de la Coalition pour les réformes et la démocratie (CORD) de l’ex-Premier ministre Raila Odinga ont investi les rues de Kisumu, dans l’ouest du Kenya, ce lundi, pour protester contre la composition de la Commission électorale. Selon la Croix-Rouge kényane et des témoins, un manifestant aurait été tué et six autres blessés par balles. La télévision nationale annonce également la mort d’un manifestant. Quant à l’opposition, elle parle plutôt de deux morts. La police n’a toujours pas réagi à ces accusations.

Portant des bannières sur lesquelles est marqué “l’EBC (commission électorale indépendante) doit partir”, les mécontents ont bloqué les voies à l’aide de pierre et ont incendié des pneus sur les principales voies de la ville.

Dès l’annonce de cette marche de protestation, la police a prevenu qu’elle ne laissera pas faire arguant qu’elle ne peut autoriser une marche sur la foi d’une décision de la Cour suprême. Mais, pour les opposants au président Uhuru Kenyatta, c’est plutôt la police kényane qui est dans le faux. “Nous avons demandé à la police d’assurer la sécurité. Nous les avons même invités à nous rencontrer pour fixer, ensemble, l’heure et le trajet de la manifestation, le point de départ et le point d’arrivée. Si la police nous avait rencontrés, il ne serait pas question, maintenant, d’éventuelles violences… La police prétend qu’elle ne peut autoriser cette manifestation sur la foi d’une décision de justice. Mais elle fait une lecture erronée de ce jugement. C’est elle qui est dans l’illégalité !”, a déclaré un responsable de la CORD au micro de RFI.

La semaine dernière, le leader de l’opposition, Raila Odinga et le président Uhuru Kenyatta s‘étaient pourtant rencontrés pour trouver un compromis à la situation. Mais, les négociations ont échoué et l’opposition a de nouveau invité ses sympathisants à protester.

Depuis le mois d’avril, Nairobi est sous forte pression de l’opposition. Des milliers de personnes descendent régulièrement dans les rues pour réclamer une réforme de la Commission électorale, accusée d‘être un organe à la solde du pouvoir. Ces manifestations ont souvent été violemment réprimées par la police. La journée du 16 mai dernier reste l’une des plus marquantes dans cette vague de revendications. La presse internationale et kényane a diffusé des images montrant des manifestants, sans arme et immobiles, se faire tabasser par la police anti-émeute. Une enquête a de ce fait été diligentée par le chef de la police kényane.

Voir plus