Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Sport

sport

Pluie sur Roland-Garros : des joueuses en colère

Pluie sur Roland-Garros : des joueuses en colère

France

Les pluies diluviennes qui s’abattent sur Roland-Garros depuis ce lundi ne sont pas de nature à rassurer les athlètes. Ce mardi, des joueuses ont crié leur mécontentement à l’organisation du tournoi.

Court impraticable, balles gorgées d’eau, circuit ouvert malgré la pluie … voici entre autres les reproches que font des techniciens du tennis aux organisateurs du tournoi Roland-Garros qui se tient actuellement, en France. Après une journée carrément annulée le lundi pour cause de pluies, ce mardi encore, le temps n‘était pas moins humide. La numéro 2 mondiale, Agnieszka Radwanska, et Simona Halep, N.6 mondiale n’ont pas caché leur mécontement en conférence de presse après avoir été battues respectivement par Tsvetana Pironkova, 102e mondiale et Samantha Stosur, 24e mondiale.

La dauphine de Serena Williams qui a essuyé un revers spectaculaire de son adversaire – dix jeux perdus d’affilée avant un tardif sursaut – s’est carrément emportée : “Je suis surprise et en colère. Ce n’est pas un tournoi à 10.000 (dollars de prix ndlr), c’est un Grand Chelem. Comment peut-on nous faire jouer sous la pluie ? Je ne peux pas jouer dans ces conditions”, a dit la Polonaise. “Je ne pense pas qu’ils (les organisateurs) se soucient vraiment de ce que nous pensons. Je pense qu’ils se soucient d’autres choses”, a-t-elle ajouté.

Même son de cloche chez la Roumaine Simona Halep. Elle a prétendu avoir craint pour sa sécurité. “Le court n‘était pas bon et les balles étaient gorgées d’eau. Je ne me sentais pas en sécurité sur le court. J’avais peur de me blesser”, s’est-elle désolée, relevant elle aussi, que “personne ne se soucie des joueuses”.

Pourtant, le dimanche, les deux athlètes étaient en train de faire respecter la hiérarchie avant l’interruption de la partie : 6-2, 3-0 pour Radwanska, 5-3 pour Halep.

D’autres joueurs qui ont également été pris de court par la pluie à Roland-Garros se sont exprimés, mais avec plus d’humour. C’est le cas de Tomas Berdych. “Open d’Australie, peux-tu nous envoyer un de tes trois toits à Paris?”, écrivait le Tchèque sur son compte Twitter.

Si les plus grands courts, notamment Melbourne, Wimbledon ou encore l’US d’Open sont dotés de toits retractables ou s’apprêtent à en inaugurer, ce n’est pas encore le cas à Roland-Garros. Des associations de défense de l’environnement et du patrimoine contestent la construction d’un nouveau court de 5000 places.

Avec ces mauvaises conditions météorologiques, une bonne partie du programme s’est vu bouleversé.

Voir plus