Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Economie

business

Mozambique : la crise de la dette n'affectera pas les projets gaziers du sud-africain Sasol (officiel)

Mozambique : la crise de la dette n'affectera pas les projets gaziers du sud-africain Sasol (officiel)

Mozambique

Les responsables de la South African Energy Company assurent qu’ils comptent bien rentabiliser cet investissement de 1,4 milliards de dollars malgré le contexte financier difficile.

La fidélité de la Sasol au Mozambique tient de l’analyse logique. Le groupe sud-africain estime que les difficultés que connaît actuellement l‘économie mozambicaine ne sont pas de nature à remettre en cause un projet dont la rentabilité ne souffre d’aucun doute. Les investissements réalisés ici dans les projets gaziers seront remboursés à terme par la vente effective du gaz. Le sous-sol, doit-on lire, est la meilleure garantie que possède Maputo au-delà de la dégradation de sa note souveraine par les principales agences de notation.

« Malgré les problèmes que rencontre le pays, c’est le point important de notre stratégie et nous sommes là pour le long terme, explique John Sichinga, le responsable de l’exploration et de la production de Sasol. Nous allons nous impliquer comme nous l’avons fait quand nous sommes arrivés. Il y a une décennie, les conditions étaient à peu près similaires et nous avons pu mettre sur pied quelque chose qui a réussi. Nous sommes confiants que nous pouvons rééditer la même chose dans l’avenir ».

Le pari de Sasol pourrait paraître risqué alors que les prix des matières premières sont au plus bas depuis le début de l’année. Mais sa stratégie s’appuie aussi sur un actionnariat majoritaire à 70 % dans le projet gazier tandis que la compagnie nationale CMH ne revendique que 25 %, le reste étant détenu par la Société financière internationale.

Nous investissons même lorsque les cours du brut sont bas.

>>> LIRE AUSSI : Mozambique : l‘économie croule sous le poids de la dette

Plus, les Sud-Africains exploitent déjà deux champs de production de gaz naturel au Mozambique – Pande et Temane – dont la production est acheminée via un pipeline sur 865 km jusqu’aux marchés gaziers mozambicain et sud-africain.

Le projet de Sasol situé à 600 km au nord de Maputo doit être décliné en plusieurs étapes, qui correspondent à divers types de produits exploités et transformés. La première phase est celle où la compagnie prévoit de produire du pétrole, du gaz de pétrole liquefié et du gaz (GPL).

« Juste à côté, vous verrez qu’il y a un site où nous nous préparons à la production de pétrole – 15 000 barils par jour et 20 000 tonnes de GPL par an – qui fait partie de notre unité de transformation de liquide. Et pour nous, cela montre que nous sommes engagés aux côtés du Mozambique. Nous investissons même lorsque les cours du brut sont bas », se félicite J. Sichinga.

La première goutte de pétrole ainsi que les premières livraisons de gaz sont attendues sur ce projet particulier mi 2016.

Voir plus