Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

Des sénateurs américains appellent à des sanctions contre l'administration de Joseph Kabila

Des sénateurs américains appellent à des sanctions contre l'administration de Joseph Kabila

République démocratique du Congo

Trois sénateurs américains ont appelé vendredi l’administration de Barack Obama à prendre des sanctions ciblées contre des fonctionnaires de la République démocratique du Congo, responsables de violences et de violation des droits de l’homme.

Les sénateurs Richard Durbin, Edward Markey et Christopher Murphy, ont adopté une résolution du Sénat cette semaine, appelant le gouvernement de Kabila à respecter son mandat constitutionnel, en vue d’une transition démocratique à la fin de cette année.

Les trois hommes ont ainsi appelé à des sanctions ciblées contre des dignitaires du régime. Ils demandent, notamment, l’interdiction de visa et le gel des avoirs jusqu‘à ce que le président Kabila s’engage publiquement à effectuer transition pacifique à la tête de l‘État.

Leur action reflète l’inquiétude internationale croissante sur la situation actuelle du pays. Le Secrétaire général de l’ONU Ban Ki-moon a, notamment, fait part de son inquiétude au sujet de la montée des tensions politiques en raison de l’incertitude autour de la tenue de l’élection présidentielle.

Des dizaines d’opposants au président Joseph Kabila ont été arrêtés depuis l’année dernière dans le cadre de ce que l’ONU et les groupes de défense des droits de l’homme ont qualifié d’“escalade de la répression de la dissidence politique avant une élection présidentielle prévue en novembre”.

La Constitution congolaise interdit au président Kabila de se représenter à nouveau pour un troisième mandat – après 15 ans – à la tête du pays. Mais les opposants l’accusent de tenter de retarder le scrutin afin de conserver le pouvoir. La Cour suprême de la RDC a décidé la semaine dernière que le Président pourrait rester au pouvoir si les élections ne sont pas organisées avant la fin de son mandat.

L’opposition, qui dit craindre un nouveau report, organise régulièrement des marches de protestation anti-Kabila, souvent réprimées par la police. Jeudi, un manifestant et un policier ont été tués à Goma, dans l’est du pays, au cours d’une manifestation contre le pouvoir, à l’appel de l’opposition. Selon l’ONU, des dizaines de personnes ont été arrêtées, à l’issue de ces évènements, symboles de la tension de plus en plus grandissante. Et qui interpellent à l’intervention de la Communauté internationale.

Voir plus