Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

Rdc : opposition et pouvoir engagés dans des manifestations

Rdc : opposition et pouvoir engagés dans des manifestations

République démocratique du Congo

Le parti au pouvoir et l’opposition, en République démocratique du Congo, sont autorisés à organiser leurs marches, ce jeudi à Kinshasa, malgré quelque divergences. Les manifestations sont, en revanche, interdites dans le Nord Kivu et à Lubumbashi.

La tension reste toujours vive entre pouvoir et opposition en République Démocratique du Congo. Dernier épisode en date, l’imbroglio créé par l’organisation de deux grandes marches, jeudi dans la capitale Kinshasa. L’une est à l’initiative du PPRD, le parti présidentiel, qui marche pour défendre, notamment, le récent arrêt de la justice autorisant Joseph Kabila à rester au pouvoir en cas de report de la présidentielle.

Le 11 mai, la Cour constitutionnelle a autorisé Joseph Kabila à rester au pouvoir au-delà du terme de son mandat, alors que tout indique que la présidentielle, censée avoir lieu avant la fin de l’année, ne sera pas organisée dans les temps. Une décision que conteste l’opposition. C’est d’ailleurs pour la dénoncer que les trois plateformes de l’opposition (la Dynamique de l’opposition, le G7 et le Front citoyen) organisent également leur marche, au même moment que le parti présidentiel.

Toutefois, les deux parties ne s’accordent pas sur les itinéraires, notamment, celui du boulevard du 24 novembre accordé à l’opposition mais revendiqué par les partisans du président Kabila. Ce qui embarrasse les autorités provinciales qui redoutent des pillages en cas d’une rencontre des deux groupes sur ce site.

A Lubumbashi dans le sud-est du pays, en revanche, les manifestations de l’opposition prévues ce jeudi n’ont pas été autorisées. Le gouverneur du Nord-Kivu, dans l’est de la République démocratique du Congo, a, en effet, annoncé mardi l’interdiction de toutes les manifestations annoncées par une coalition d’opposants au président Joseph Kabila, qui ont appelé à une participation massive jeudi.

Pour rappel, Joseph Kabila est arrivé au pouvoir en 2001 après l’assassinat de son père, Laurent Désiré Kabila qui avait renversé en 1997 le président Mobutu Sese Seko. Il a été élu président en 2006 avant d‘être réélu en 2011 à l’issue d’un scrutin, aux résultats contestés, et à l’origine de la crise politique que traverse actuellement le pays.

Son mandat expire en décembre et la Constitution lui interdit de se représenter, mais ses détracteurs l’accusent depuis des mois de chercher à se maintenir au pouvoir par tous les moyens.

Voir plus