Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

Crise humanitaire mondiale : la déscolarisation des enfants réfugiés en chiffres

Crise humanitaire mondiale : la déscolarisation des enfants réfugiés en chiffres

Turquie

La non-scolarisation des enfants réfugiés a mobilisé l’attention des ONG au cours du premier Sommet humanitaire mondial qui s’est achevé ce 24 mai à Istambul en Turquie.

Alors que le secrétaire général de l’ONU Ban Ki-moon évoque la plus grande crise humanitaire mondiale depuis la seconde guerre mondiale, les ONG rappellent, chiffres à l’appui, que les enfants en paient le plus lourd tribut en manquant la chance d’avoir accès à l‘éducation.

« La moitié de ceux qui fuient les bombardements, qui fuient leurs maisons sont des enfants, avertit le directeur exécutif de War Child Rob Williams. Donc sur les 60 millions de réfugiés et de déplacés, 30 millions sont des enfants. Et les enfants sont particulièrement vulnérables dans les zones de conflit. S’ils sont trop jeunes, ils sont incapables de s’occuper d’eux-mêmes, ils courent le risque de subir des abus sexuels, d‘être enrôlés par les groupes armés. Et nous le voyons beaucoup pendant les conflits ».

Selon une étude publiée en mars dernier, 75 millions d’enfants vivant dans les zones de conflit ont interrompu leurs études l’année dernière. Malgré la sortie progressive de la crise en Centrafrique, un quart des écoles restent fermées. L’Unicef indique qu’en Syrie ce sont des enfants de 6 000 écoles qui sont contraints de rester à la maison, même dans leur exil en Turquie.

Pour consulter, faites défiler avec les flèches de votre clavier

L’exigence de solidarité

Un comble pour Marguerite Barankitse dont l’orphelinat au Burundi a recueilli des enfants pendant les 12 années de conflit qu’a connu le pays entre 1993 et 2005.

« Nous avons besoin de tous ces enfants, plaide-t-elle. Ils ne doivent pas devenir des orphelins parce que les familles turques disposent de nombreuses maisons. J’appelle les familles turques à accueillir ces enfants, à leur donner de la tendresse et l’amour dont ils ont besoin. Ils n’ont pas besoin de chaussures ou de nourriture. Ils ont besoin d’amour ».

L’envoyé spécial de l’ONU Gordon Brown a lancé lundi un fonds de crise destiné à lever 3,8 milliards de dollars afin d’aider les enfants déscolariser. Le fonds devrait toucher 13 millions d’enfants sur les cinq ans et 75 millions d’ici 2030.

Voir plus