Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Economie

business

Ouganda : le pari de la banane génétiquement modifiée

Ouganda : le pari de la banane génétiquement modifiée

Ouganda

Les bienfaits de l’option biologique semblent faire l’unanimité entre les chercheurs et les producteurs du précieux fruit.

C’est au sein du Centre ougandais de recherches en biotechnologies que les chercheurs travaillent pour obtenir une nouvelle génération de bananes. L’objectif de la recherche est de produire une banane génétiquement modifiée, mais très nutritive. Des échantillons sont logés dans des éprouvettes pour suivre le procédé. Les scientifiques veillent à ce que le processus se déroule harmonieusement. Au-delà de la science, la modification génétique de la banane est un enjeu économique et nutritionnel en Ouganda. L’opération devrait permettre d’enrichir le fruit en vitamine A et d’en accroître le rendement.

L’idée de travaux sur les bananes génétiquement modifiées  est le fruit de nombreuses années d’essais de production des bananes, confie Andrew Kigundu, le chef du Centre. C’est  principalement pour résoudre les problèmes critiques de productivité vécus par les agriculteurs. Il s’agit principalement de maladies ravageuses ainsi que d’autres questions subsidiaires, telles que la sécheresse et la carence en micro nutriment inhérente à la banane elle-même.

Le centre de recherches a également entamé la culture de plants test.  Un processus qui se passe sous surveillance d’une équipe de biologistes. L’objectif est de mettre un produit fiable à la disposition des agriculteurs, explique le professeur George Lubega. Le biologiste insiste notamment sur la résistance des bananiers OGM face à la sécheresse telle que celle provoquée ces derniers mois par le phénomène El Niño.

Selon les Services ougandais de vulgarisation agricole, trois des agriculteurs sur quatre cultivent la banane en tant que denrée de base.

Objectif : rester leader

Même si la culture de la banane OGM pose quelques questions du fait d’un léger changement d’apparence, les commerçants la préfèrent parce qu’elle se conserve mieux par rapport au fruit naturel qui supporte mal les températures élevées.

“Les Matoke fraîches mettent peu de temps pour pourrir ou pour être infectées”, indique Jonathan Kyeyune qui s’est spécialisé dans le commerce de banane. Mais si elles sont améliorées, vous obtenez un peu de farine et d’autres choses comme les chips, etc.

L’Ouganda est le premier pays africain à se tourner résolument vers les OGM pour améliorer sa production de bananes. Le pays bénéficie en la matière de l’expertise américaine. Une option qui devrait lui permettre d’en rester le premier producteur mondial, espèrent les autorités.

Voir plus