Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

Burundi : reprise du dialogue sur fond de querelles entre pouvoir et opposition

Burundi : reprise du dialogue sur fond de querelles entre pouvoir et opposition

Burundi

Réouverture des pourpalers ce samedi à Arusha en Tanzanie, dans le cadre du dialogue de sortie de crise au Burundi. Fait saillant, ces discussions se déroulent sans la participation de la Cnared, la coalition de l’opposition.

Responsables gouvernementaux, représentants de la société civile et représentants de certains partis d’opposition prennent part à ces travaux placés sous l‘égide de la Sadec, la communauté est-africaine. Les officiels burundais, eux, maintiennent que l’opposition doit être écartée des négociations.

L’ambassadeur de l’Union européenne en Tanzanie, Roeland Van de Geer dans son discours, a exhorté toutes les parties à faire de leur mieux pour parvenir à un accord de paix.

Alain Nyamitwe, ministre des Affaires étrangères burundais : “notre gouvernement s’est dit prêt et ouvert à discuter avec tous les acteurs politiques qui sont pacifiques. Si vous regardez les déclarations des organisations internationales sur le Burundi, vous verrez une indication claire quant à la catégorie de personnes qui devraient être autour de la table. Des personnes pacifiques. C’est dans les résolutions 32,48 et 2279 du Conseil de sécurité”

Des membres de la société civile accusent les autorités de compliquer délibérément la tenue d’un dialogue transparent dans le but de s’accrocher au pouvoir.

Aimé Magera, représentant du parti Forces nationale de libération (FNL) : “le gouvernement ne veut pas parler et il dit que nous n’avons pas à venir à Arusha. Donc, eux, ils viennent à Arusha parce que la médiation est de leur côté et l’opposition n’est pas présente. C’est un gros problème !”

D’après certains diplomates, le début de ces négociations est un pas à saluer, même si les discussions pourraient prendre du temps. La réélection de Pierre Nkurunziza pour un troisième mandat en juillet 2015 est en grande partie à l’origine de la grave crise qui ébranle le Burundi. .

Voir plus