Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Web

web

Polémique Black M en France : François Hollande et Nicolas Sarkozy s'en mêlent

Polémique Black M en France : François Hollande et Nicolas Sarkozy s'en mêlent

France

Le rappeur français d’origine guinéenne se retrouve au centre d’une polémique politique après l’annulation de son concert en commémoration à la bataille de Verdun en France. A la veille de la campagne pré-électorale en France, partis de la droite et de la gauche en ont fait leur affaire.

Accusé d’avoir tenu des propos racistes envers la France, Black M ne chantera finalement plus au concert de Verdun, le 29 mai, en mémoire du centenaire de la bataille de Verdun. Face à de multiples pressions de l’extrême droite, le maire de Verdun a dû capituler et annuler la prestation de l’ancien transfuge du groupe Sexion d’Assaut, évoquant des “risques de troubles à l’ordre public”. Un retropédalage qui a suscité de vives réactions dans le monde politique français, en pleine campagne pré-électorale. Ce mardi, deux hommes forts de la scène politique sont entrés en jeu : le chef d‘État François Hollande et son prédecesseur Nicolas Sarkozy.

Invité sur la station de radio Europe 1, François Hollande a dénoncé les « pressions inouïes, de violence, de haine » subies par le maire, en ajoutant que si celui-ci « le voulait, l’État mettrait les moyens pour sécuriser le concert ». Nicolas Sarkozy n’a pas mis de temps pour tenir une position différente à celle de son rival à la présidentielle de 2012. Le même mardi, dans un entretien accordé au journal Le Monde, M. Sarkozy a condamné l’invitation de Black M à cette cérémonie, compte tenu de ses antécédents. « À l‘évidence, ce n‘était pas une bonne idée que d’inviter un chanteur pouvant prêter à polémique pour une telle commémoration », tranche le président du parti Les Républicains.

Pour l’ancien chef de l‘État, « beaucoup de Français qui ne votent pas FN » ont été « profondément choqués qu’on invite, à une commémoration nationale, un chanteur qui a insulté la France dans ses textes, et tenu des propos homophobes et antisémites, même s’il s’en est excusé ».

Le site fdesouche.com lance la polémique, le FN se l’approprie

L’instigateur de cette affaire qui ne cesse d’alimenter les débats en France est le site fdesouche.com. Au lendemain d’une interview donnée par Black M au quotidien Est républicain dans laquelle il invite la population à venir le voir au concert de Verdun, le site a allumé la mèche. Selon lui, Black M « n’a pas sa place » dans l’événement.

Pour corroborer sa position, le média remet sur la table des bouts de paroles des chansons de Black M en solo ou quand il était encore dans le groupe Sexion d’Assaut. Des propos jugés « anti-France » : cette « conne de France » (Le ghetto s’exprime, avec Sexion d’Assaut, 2004), « ce pays de kouffars », c’est-à-dire de mécréants (Désolé, avec Sexion d’Assaut, 2010) ou encore « homophobes » comme « je crois qu’il est grand temps que les pédés périssent » (On t’a humilié, avec Sexion d’Assaut, 2010).

Le jour de la diffusion de l’article, le Front National renchérit et en appelle à l’annulation du concert du rappeur estimant que « le problème posé par ce choix n’est pas “l’artiste” en question, quantité négligeable, mais bien la volonté farouche de l’exécutif de dépouiller notre histoire de tout caractère solennel ».

Le hashtag sur Twitter #VerdunSansBlackM est alors créé afin de s’attirer les grâces propagandistes des réseaux sociaux. De nombreuses personnalités de l’extrême droite s’en mêlent et demandent l’annulation pure et simple du concert. Le vendredi 13 mai, la mairie de Verdun cède à la pression et annule le concert. Le FN en est fier, estimant que « c’est le Front national, seul, qui a levé ce lièvre », déclarait un élu du parti.

Une revendication qui agace l’un des co-animateurs du site fdesouche.com. Il invite les élus FN à reconnaître que c’est le site qui a lancé la polémique.

Soutien en masse

Contrairement aux partisans d’extrême droite, une partie de la France a dénoncé le racisme et l’injustice dont serait victime Black M. De nombreuses personnalités dont Christiane Taubira, l’ancienne ministre française de la Justice ou encore Audrey Azoulay, l’actuelle ministre de la Culture ont apporté leur soutien à l’artiste aux 700 000 albums vendus. Cette dernière avait ainsi dénoncé “un ordre moral nauséabond”.

Hommes des médias et artistes ont également remis en cause cet écart du chanteur de la cérémonie qui est pourtant une tribune pour rendre hommage à toutes ces personnes de couleur dont les parents ont combattu pour la France. Aux lendemains de l’annulation de la cérémonie, Black M avait du reste rappelé que son père, un combattant guinéen, avait combattu dans les troupes des tirailleurs sénégalais pour défendre la France.

Malgré la promesse de François Hollande de sécuriser le concert en cas de troubles, le maire de Verdun est resté campé sur sa position : il maintient l’annulation du concert de Black M, a-t-il confirmé le mardi 17 mai.

Voir plus