Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

Ghana : la politique fiscale, clé de la réussite gouvernementale

Ghana : la politique fiscale, clé de la réussite gouvernementale

Ghana

La décision du Ghana prise en 2014 de faire appel au FMI pour résoudre sa crise macro-économique a permis de rétablir une certaine crédibilité à la politique budgétaire du gouvernement. Ce qui a permis à l‘état de résoudre le problème de l’inflation en nette hausse : 18 % bien en deçà de la moyenne de plusieurs pays africains. Ce qui ne résoud pas le problème de la gestion de l‘état, fortement critiquée par l’opposition, à quelques mois de la présidentielle de novembre.

Novembre, le mois de la prise de décisons avec l’organisation de la présidentielle ghanéenne. Nombreux citoyens descendront aux urnes choisir leur futur président de la République pour les quatre prochaines années. Bon nombre d’entre eux penchent sur un président dont le mandat sera consacré à la croissance économique.

“Je veux être convaincue. Le NDC (Congrès national démocratique), doit me convaincre, me donner la raison pour laquelle je dois voter pour eux parce que je ne peux pas payer mes services publics qui sont trop élevés ces jours-ci. Si le NPP (nouveau parti patriotique), arrive à le faire, je voterai pour eux »,a déclaré Confort Lomotey, couturière à Accra.

Depuis le mois de mars 2016, le Ghana a subi une inflation de l’ordre de 19,2 % contre 18,5 % en février dernier. Après les transports publics, ce sont les tarifs de l’eau, de l‘électricité et de l’essence qui ont connu une augmentation considérable au sortir du premier trimestre 2016. Une croissance qui n’aura pas permis au pays de résorber le déficit économique. Le Ghana s’est vu obligé de signer un contrat de trois ans avec le Fonds monétaire international pour espérer maintenir son taux de croissance à son niveau le plus élevé.

La mauvaise gestion : un axe sur lequel l’opposition s’appuie pour accuser le gouvernement de mauvaise gestion. Le partenariat avec le FMI est selon les économistes, le meilleur moyen de relever d’avantage l‘économie nationale. Mark Assibey-Yeboah est membre du comité restreint du Parlement sur les finances, et député de l’opposition.

“Le programme avec le FMI était bon. le Fonds a perdu trop de temps. Le décaissement de 118 millions de dollars, comme quatrième tranche d’aide au développement, doit l’amener à exiger des résultats positifs avant de décaisser des fonds supplémentaires ‘’.

L’inflation a connu une hausse de 8,4 % en avril dernier, contre 8,3 % en Mars selon le Service des statistiques du Ghana. La Banque centrale a exprimé sa préoccupation face à l’augmentation progressive de ces chiffres au cours de ces derniers mois.

La haussedu coût de l‘életricité, inévitable sera probablement une autre question cruciale lors de la présidentielle. Le pays fait de plus en plus face à des coupures d‘électricité.

‘‘Il y a cinq ans, c‘était mieux, mais aujourhd’ui, ça ne va pa. Mais je sais qu’aucun être humain ne peut faire une pareille chose pour nuire à moins que Dieu ne l’accepte parce que tout à augmenté, tout devient de plus en plus cher”, dit commerçant, Anatu Mashud.

Le pays a toujours été considéré comme un bel exemple de démocratie en Afrique. Mais beaucoup craignent aujourd’hui que cette image ne soit ternie par la mauvaise gestion et les combats politiques, à des fins égoïstes.

Voir plus