Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

Nigeria : le rêve sécessionniste des Biafrais

Nigeria : le rêve sécessionniste des Biafrais

Nigéria

Les rêves de sécession prennent de plus en plus place dans l’esprit des populations de l’ethnie Igbo du sud du Nigeria.

Ce sentiment est alimenté par la répression dont ces populations se disent être victimes de la part des autorités nigérianes. Des attaques menées par des personnes armées présentées comme des éleveurs peuls, renforcent aussi ce désir d’indépendance. Sur le volet social, les membres de l’ethnie Igbo dénoncent leur marginalisation par le pouvoir central. Ils évoquent le manque de structures de base, le chômage, des problèmes liés à l‘éducation et la santé, notamment.

L’arrestation, en octobre, de Nnamdi Kanu, chef du mouvement du peuple indigène du Biafra, a donné lieu à une vague de protestations. Selon l’avocat des droits de l’homme Onkere Kingdom Nnamdi, plus de 50 personnes ont été tuées, alors que cent autres ont été blessées et 200 arrêtées, en lien avec ces manifestations.

Une répression qui ne s’explique pas selon ces populations. “Nous étions juste en train de chanter et de protester. Et puis des policiers se sont mis à nous agresser, ils nous ont aspergé du gaz lacrymogène tout en nous tirant dessus”, explique Chukwu Ebuka Moses, étudiant faisant partie de la vingtaine de personnes qui se sont fait tirer dessus au cours d’une manifestation en janvier, à Aba, la capitale de l‘État d’Abia.

S'ils disent (le gouvernement, NDLR) que nous ne sommes pas chez nous dans cette région, ils doivent nous laisser nous occuper de nous-mêmes.

Ce sentiment d’injustice provoque du dépit chez la plupart des pro-biafrais. “Nous sommes Nigérians et nous continuons à croire que nous sommes Nigérians. S’ils disent (le gouvernement, NDLR) que nous ne sommes pas chez nous dans cette région, ils doivent nous laisser nous occuper de nous-mêmes. Nous ne pouvons pas accepter d‘être intimidés. Le gouvernement doit faire quelque chose pour arrêter les intimidations et les humiliations et de détruire nos biens et nos vies”, souligne john Orajiaka, un pasteur.

La tentative de sécession du Biafra lancée en 1967 s‘était soldée par une guerre civile qui avait coûté la vie à environ un million de personnes.

Voir plus