Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Economie

business

Afrique du Sud : manifestation contre la légalisation de l'application Uber

Afrique du Sud : manifestation contre la légalisation de l'application Uber

Afrique du Sud

Des chauffeurs de taxi sud-africains ont manifesté lundi contre Uber, alors que le gouvernement de la région du Gauteng qui comprend Johannesburg et Pretoria a lancé un processus de régulation, pour légaliser l’application de réservation de véhicules en ligne.

Les chauffeurs de taxi accusent Uber de concurrence déloyale en raison des bas tarifs qu’ils pratiquent. Dans une vidéo filmée par des médias locaux, un groupe de chauffeurs de taxi, dont certains sont reconnaissables à leurs t-shirts jaunes, malmène plusieurs hommes, à la sortie d’une réunion avec le ministre local des Transports, Ismaïl Vadi.

“Uber est en train de travailler dans l’illégalité, ça ne peut pas continuer. Ça ne se passera pas comme ça, ils nous volent, ils tuent notre business. Vous savez, nous avons nos propres voitures, nous avons des Mercedes, et là, Uber arrive avec des Toyota Corolla ! Mais aujourd’hui, nous en avons marre de Uber. Nous n’en voulons pas en Afrique du Sud, ils doivent arrêter cette application. Je pense qu’on devrait se rappeler qu’Uber est juste une appli, pas un taxi”, a déclaré un chauffeur de taxi.

Le processus de délivrance des licences d’exploitation VTC a été bousculé par de violents échauffourées entre les chauffeurs de taxi et ceux de l’application des véhicules privés à la sortie d’une réunion avec le ministre local des Transports, Ismaïl Vadi. Des incidents qui ont eu lieu dans le centre de Johannesburg, selon des sources concordantes.

Dans un communiqué, le gouvernement provincial a déploré le comportement “extrêmement agressif” des chauffeurs de taxi, précisant que le service de sécurité avait dû “exfiltrer” le ministre. Une porte-parole d’Uber a confirmé l’incident, se disant “soulagée que personne n’ait été blessé”, dans un communiqué parvenu à l’AFP.

Voir plus