Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

Nigeria : arrestations après des attaques contre des installations pétrolières

Nigeria : arrestations après des attaques contre des installations pétrolières

Nigéria

L’armée nigériane a arrêté plusieurs personnes en lien avec les attaques perpétrées récemment contre des installations pétrolières, a déclaré lundi le porte-parole de l’armée Rabe Abubakar.

Les attaques menées par les groupes terroristes ont poussé plusieurs géants pétroliers à interrompre les exportations de leur brut, évocant des cas de ‘’‘force majeure’‘ et la baisse de la production dans le pays. Les enquêtes menées par l’armée ont permis de mettre la main sur des ‘‘personnes ayant un lien avec les attentats’‘.

“Nous avons procédé à des arrestations ce week-end, (…) à proximité des lieux touchés par les récentes attaques, dans le delta du Niger. C’est prématuré à ce stade, de conclure avant la fin de l’enquête que les suspects sont les rebelles qui ont fait exploser des oléoducs et d’autres installations dans le sud du Nigeria’‘, a déclaré cette source qui fait partie de la force conjointe de la police et de l’armée chargée de la sécurité dans cette région.

Un mouvement nommé les Vengeurs du delta du Niger (NDA) a revendiqué l’explosion survenue récemment sur une plateforme gérée par le groupe pétrolier américain Chevron et une autre attaque contre des installations du groupe anglo-néerlandais Shell. Le NDA, qui menace de poursuivre ses attaques, a conseillé aux groupes étrangers de quitter la région.

La production journalière du Nigeria est passée de 1,9 million de barils à 1,7 million de baril, soit le plus bas niveau depuis 1994. Ces nouvelles attaques font craindre un retour au scénario du début des années 2000, lorsqu’une flambée de violence dans le delta du Niger avait brusquement fait chuter la production.

Les autorités nigérianes avaient finalement réussi à mettre fin aux violences en 2009 par le biais d’une amnistie : quelque 30.000 rebelles ont bénéficié de ce programme, déposant leurs armes en échange d’une aide à la formation et à la reconversion.

Mais le gouvernement, dont les revenus dépendent en grande partie des royalties sur le pétrole, a récemment annoncé la fin de ce programme pour 2018, ce qui a presque coïncidé avec de nouvelles attaques.

Les rebelles militent pour une meilleure répartition des richesses dans cette région d’où provient la quasi-totalité du pétrole nigérian, premier producteur d’Afrique. Les ventes du pétrole brut comptent pour 70 % dans les revenus nationaux du Nigeria. Mais les résidents du delta du Niger se plaignent de ne pas bénéficier des revenus de la production. Bon nombre d’entre eux ont rallié les rangs de groupes terroristes.

Voir plus