Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

RDC: Moïse Katumbi aurait été blessé lors de son audition ce vendredi

RDC: Moïse Katumbi aurait été blessé lors de son audition ce vendredi

République démocratique du Congo

Moïse Katumbi aurait été blessé lors de son audition au tribunal de Lubumbashi, ce vendredi. Les avocats de l’opposant congolais, qui ont donné l’information, accusent la police qui bat en brèche ces allégations.

La journée a une fois de plus été chaude à Lubumbashi, en République démocratique du Congo. Et la tension reste palpable après l’annonce de l’agression de Moïse Katumbi. Les avocats de l’opposant congolais ont affirmé ce vendredi que leur client a été blessé par la police, alors qu’il se rendait au palais de justice pour son audition dans le cadre d’une enquête judiciaire pour un présumé recrutement de mercenaires. Une information démentie par la police.

Lors d’un point de presse improvisé au palais de justice, le général Jean-Bosco Galenga, chef de la police provinciale parle plutôt de six blessés parmi les hommes de l’ancien gouverneur du Katanga. Quelques heures après ces déclarations, des photos montrant Moïse Katumbi sur son lit d’hôpital ont été postées sur les réseaux sociaux. Quoi qu’il en soit l’audition de l’opposant congolais a été reportée, après qu’il a obtenu du magistrat, chargé de l’enquête, l’autorisation de se faire soigner, ont déclaré ses avocats.

Ce vendredi, des milliers des partisans de M. Katumbi, qui s‘étaient massés à proximité du palais de justice de Lubumbashi, ont été dispersés par la police à coup de grenades lacrymogène. Un avocat, cité par l’AFP, a également indiqué que les policiers ont chassé à coups de matraque des dizaines d’avocats venus plaider gratuitement en faveur de l’ancien gouverneur du Katanga. Pour l’heure, aucune autre information n’a été fournie sur la tenue de la prochaine audition de l’opposant congolais qui a annoncé le 4 avril dernier sa candidature à la prochaine élection présidentielle.

Un scrutin sur lequel plane une grande incertitude. Aucune date n’a été fixée pour sa tenue alors que l’idée d’un report gagne de plus en plus du terrain. Cette semaine, la Cour constitutionnelle a rendu un verdict permettant au président Joseph Kabila de rester en poste au-delà de la limite de son mandat fin 2016, si la présidentielle était reportée. Une décision contestée par l’opposition, Moïse Katumbi en tête. Ce dernier avait d’ailleurs pris ses distances avec le pouvoir et démissionné de son poste de gouverneur, accusant le chef de l’Etat de vouloir s’accrocher au pouvoir au-delà de son mandat.

Voir plus