Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Economie

business

Afrique du Sud : les diamants manquent à l'appel

Afrique du Sud : les diamants manquent à l'appel

Afrique du Sud

Les diamants se font de plus en plus rares. Le secteur est en passe de connaître une péroide de recession consiférable.

La quête de diamant devient de plus en plus difficile en Afrique du Sud.

Du coup, des sociétés du secteur sortent de gros moyens pour faire face à cette nouvelle donne. En Afrique du Sud, De Beers, va creuser un tunnel sous une mine à ciel ouvert. Coût des travaux, 2 milliards de dollars.

En deux décennies, la société sud-africaine a creusé un trou de 450 mètres dans sa mine à la frontière du Zimbabwe et du Botswana.

Le numéro un mondial des diamants s’est fixé un nouveau challenge : accéder aux diamants situés à plus de 1000 mètres de profondeur.
‘‘Les gisements faciles d’accès ont sans doute tous été trouvés, mais je crois que nous avons encore des ressources, comme ici, qui peuvent durer. Nous avons prévu que cette mine soit exploitée jusqu’en 2040-43, et nous espérons au-delà de 2043, en prolongeant quand le moment sera venu.”, déclare Ludwig Von Maltitz, Directeur de la mine Venetia du sud-africain De Beers.

La baisse des prix des diamants sur les marchés ont amené De Beers à mettre la clef sous le paillasson au Canada et au Botswana. Et a vendu ses actifs dans la ville sud-africaine de Kimberley. Selon De Beers, la demande mondiale de bijoux en diamants a augmenté de 2% entre 2014 et 2015, avec la plus forte croissance enregistrée aux Etats-Unis et en Chine, tandis qu’elle a baissé en Inde (4%) et dans la région du Golfe (3%).

Mais ses responsables croient en la relance du secteur.

‘‘La volatilité (des prix du diamant) est plus fréquente aujourd’hui mais je reste optimiste”, affirme Ludwig Von Maltitz.
Mais la concurrence des diamants synthétiques dont les prix pourraient chuter semble être une autre épine sous les pieds du secteur dans une dizaine d’années.

Voir plus