Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

Libye : reprise de la vie à Tripoli, malgré tout

Libye : reprise de la vie à Tripoli, malgré tout

Alimentation

Les Libyens sont plongés dans le chaos depuis la chute de Mouammar Kadhafi en 2011, tiraillés entre les rivalités de deux gouvernements et aux prises avec les milices armées et surtout, avec les fondamentalistes du groupe État islamique.

Ajouté à cela, une crise économique due à la chute drastique des cours du pétrole (principale ressource financière du pays), la cherté de la vie, les retards des salaires et une crise de liquidités qui sévit depuis quelques mois. Malgré le chapelet de problèmes qui les accablent, les Tripolitains ont décidé de continuer à vivre, en s’adonnant aux loisirs. Les cafés ont rouvert dans la ville, pour le plus grand plaisir de ses habitants.

Abdelqader al-Kanouni, président d’une association caritative, refuse de se laisser gagner par la grisaille de la situation. “Plusieurs fois par mois, j’arrache ma femme à sa cuisine pour aller au restaurant, je ne veux pas qu’elle reste triste à la maison”, explique-t-il.

“Si j’attends qu’un gouvernement (…) m’apporte ce dont j’ai besoin, je risque d’attendre longtemps. C’est grâce aux gens que la vie peut continuer”, dit Abdelmuttaleb, un Tripolitain de 46 ans, propriétaire du Toucan, un restaurant qui a ouvert ses portes au public dans la capitale. Abdelmuttaleb y propose une “fusion” de cuisines méditerranéennes, dans une ville où les habitants cherchent à retrouver un semblant de normalité.

En plus du restaurant d’Abdelmuttaleb, une quinzaine de cafés, de restaurants et de fast-food ont émergé depuis ces trois derniers mois aux abords d’une voie fortement fréquentée. Celle-ci, d’une longueur d’environ 15 km, sillonne Hay al-Andalous, Gargarech, Abou Nawas et Siyahiya, les quartiers résidentiels de l’ouest de Tripoli. La main-d’oeuvre des restaurants et autres cafés de Libye est souvent étrangère et bon marché.

Abdelqader al-Kanouni laisse entendre que quand les gens “se sentent en sécurité, ils investissent.”

En Libye, le café est souvent importé d’Italie, l’ancienne puissance coloniale.