Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

RDC : Moïse Katumbi se dit victime d'une campagne du pouvoir contre sa personne

RDC : Moïse Katumbi se dit victime d'une campagne du pouvoir contre sa personne

République démocratique du Congo

L’opposant congolais et probable candidat à la future présidentielle, Moïse Katumbi, affirme être la cible d’une campagne du régime Kabila à son encontre.

La tension est de plus en plus palpable entre le pouvoir et l’opposition, à l’approche de la présidentielle en République démocratique du Congo. Moïse Katumbi, l’un des opposants les plus en vue du pays, affirme être dans le collimateur du régime de Joseph Kabila, le président congolais. Selon M. Katumbi, la chaîne de télévision Télé 50 (que l’opposant qualifie de pro-Kabila) l’accuse de recruter des mercenaires.

Auparavant, l’ex-gouverneur de la province du Katanga essuyait la foudre des autorités de son pays : arrestations de plusieurs membres de son entourage, dont son ancien directeur de cabinet et de ses gardes du corps, retrait de sa protection policière, dispersion par la police de ses sympathisants et militants au cours d’une manifestation en sa faveur, acte de vandalisme sur ses affiches de meeting, etc.

Moïse Katumbi :

On me traite de tous les noms pour dire que je suis en train de former des mercenaires et une rébellion.

On me traite de tous les noms pour dire que je suis en train de former des mercenaires et une rébellion. C’est pourquoi je voudrais demander à la Communauté internationale, à la Monusco (la Mission de l’ONU au Congo, NDLR) et au gouvernement congolais, de former une équipe pour venir perquisitionner chez moi afin de voir réellement si Moïse Katumbi a des rebelles.

Interrogé sur cette situation, le pouvoir congolais martèle que Moïse Katumbi fait dans la victimisation, selon Alain Atundu Liongo, porte-parole de la majorité présidentielle. Ce dernier soutient que « si vraiment il se sent lésé, il n’a qu‘à saisir la justice… »

Le week-end dernier, une manifestation de l’opposition avait été brutalement dispersée par la police, à Lubumbashi. Suite à cela, les chancelleries américaine, française et britannique, avaient fait part de leur préoccupation. Pour sa part, le régime Kabila parlait d’un simple maintien de l’ordre.

Jusqu‘à ce jour, Moïse Katumbi n’a pas encore officiellement dit si oui ou non, il se présentera à la prochaine élection présidentielle en RDC.

Voir plus