Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

Tchad : disparition d'un opposant

Tchad : disparition d'un opposant

Tchad

L’opposant tchadien Mahamat Ahmat Lazina est introuvable depuis une dizaine de jours et ses proches sont inquiets de cette situation. Le président du MNCT (Mouvement national pour le changement au Tchad) aurait disparu, alors qu’il se rendait au siège de son parti politique.

La voiture de Mahamat a été retrouvée devant un commissariat, aux dires de ses proches, qui ont organisé des recherches dans le but de le retrouver. D’après certaines sources, la police a déclaré que l’opposant s’est évadé du commissariat où il était détenu après son arrestation. Version que les proches de Mahamat rejettent en bloc. Ceux-ci restent convaincus que la disparition de l’opposant est liée à ses activités politiques.

La femme de Mahamat Ahmat Lazina le recherche depuis le 18 avril dernier. « Depuis ce jour, je n’ai pas de ses nouvelles. Je suis coupée de toutes communications. Jusque-là, on attend toujours. Les gens du parti et sa famille, ses frères, sont partis hier soir (mercredi 27 avril) et ils le cherchent toujours. Il n’y a aucune trace » , dit-elle, la crainte au cœur.

Madame Mahamat ajoute aussi ceci, avec un brin de regret : « tout ce que je sais, c’est que mon mari, depuis qu’il est entré dans la politique, je ne suis pas rassurée. »

... l’Agence nationale de sécurité et la gendarmerie de Moundou se sont automatiquement mises à la chasse aux sorcières.

A propos de la situation politique au Tchad, Laoukein Kourayo Médard, le maire de Moundou (deuxième ville du pays), n’hésite pas à parler de harcèlement des militants par les autorités régionales. L’homme, arrivé troisième à la présidentielle du 10 avril dernier, pense que l’on a affaire à une “chasse aux sorcières” au Tchad.

Laoukein Kourayo affirme que « dès la publication des résultats provisoires par la Commission électorale nationale indépendante, l’Agence nationale de sécurité (ANS) et la gendarmerie de Moundou se sont automatiquement mises à la chasse aux sorcières. A titre d’exemple, monsieur Dionadji Dionheur, directeur départemental de campagne, a été enlevé par l’ANS. Et à l’heure où je vous parle, personne ne connaît sa position. Huit de ses compagnons ont été arrêtés et croupissent en ce moment en prison, sans jugement. »

Puis Laoukein Kourayo d’ajouter que la terreur s’est installée dans le pays. « À Moundou, Idriss Ramadan de la ligue des jeunes de la CTPD (Convention tchadienne pour la paix et le développement) a été enlevé à 23h chez lui, toujours par l’ANS et se trouve en ce moment en cellule. Les secrétaires de notre parti de section sous-préfectorale de Laokasti et Tapol ont été tellement terrorisés par les autorités départementales de Beinamar qu’ils ont préféré fuir du côté du Cameroun pour avoir la vie sauve. »

Et de conclure, en lançant un appel au calme : « je profite de la même occasion pour demander à toute la population du Logone occidental, sans exclusion, de demeurer sereine et de ne pas prêter le flanc à toutes ces provocations orchestrées sciemment. »

Cette série de disparitions s’ajoute à celle des dizaines de militaires portés disparus parce que n’ayant pas voté Idriss Déby Itno – au pouvoiur depuis 1990 – selon l’opposition tchadienne et des associations de défense des droits de l’Homme. Les corps de certains de ces militaires ont été retrouvés, avec des marques de torture sur certains d’entre eux.

Voir plus