Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Economie

business

La monnaie zambienne se redresse

La monnaie zambienne se redresse

Dollar américain

La Banque centrale zambienne obtient une bonne note de la part du gouvernement après avoir réussi à redresser la monnaie locale.

C’est une bonne nouvelle pour les dirigeants et les employés de la Banque centrale de la Zambie. Ils ont reçu une note de félicitation du président de la République, Edgar Lungu, pour leur travail dans le redressement de la monnaie nationale, le kwacha. Les mesures adoptées par les autorités de l’institution ont permis à la devise du pays de résister aux pressions inflationnistes et de surmonter les énormes pertes de l’année dernière du fait d’une forte coupe sur le prix du cuivre.

Elle est parvenue à hisser les taux d’intérêt de 300 points de base à 15,5 % en novembre, même si la mesure avait été mise en suspens en février, face aux inquiétudes sur le ralentissement de la croissance. Bien que l’agence de notation Moody ait baissé la note de la monnaie, lui accordant un B3, les autorités zambiennes se montrent très enthousiastes par rapport aux performances réalisées. Ces dernières suscitent beaucoup d’espoir chez les Zambiens.

À Lusaka, la capitale, ce redressement est en tout cas perçu d’un bon œil par certains qui y voient le signe d’une renaissance du monde des affaires qui souffre de la crise. « Cela apportera un développement positif dans le pays parce que beaucoup de choses sont importées, l’environnement des affaires est en crise et les matières premières sur le marché, tout est élevé, le coût de la vie aussi, et ainsi de suite », pense Peter Sinkala.

L’enthousiasme affiché du gouvernement contraste fort avec la lecture de certains acteurs politiques, notamment de l’opposition. Certains doutent en effet des progrès dont se satisfait le gouvernement, ne voyant aucun changement majeur. « Si c’est la politique monétaire restrictive qui est à l’origine du fait que le taux de change est apprécié, alors nous devons être conscients du fait que cette politique monétaire aura très bientôt un effet contre-productif, pouvant causer une plus grande dépréciation du kwacha et une inflation plus élevée, donc c’est ce qu’on obtient dans l‘économie d’aujourd’hui », constate l’ancien ministre des Finances, Situmbeko Musokotwane. « En ce qui concerne le maintien du taux de change, il n’y a rien que je vois ou rien que je n’ai entendu dire qui pourrait me faire croire que ce sera un taux de change soutenu, parce que nous importons encore plus que nous n’exportons », poursuit-il.

Le genre de propos et d’analyses que le gouvernement n’apprécie pas. Il y voit des soubassements politiques en vue des élections du mois d’août prochain. Quoi qu’il en soit, le pouvoir zambien compte maintenir le cap pour redresser l‘économie du pays, essentiellement basée sur la production du cuivre dont il est le deuxième producteur sur le continent. La Zambie espère d’ailleurs un financement de 1,1 milliard de dollars du négociant en matières premières Glencore, pour couler trois puits de mine de cuivre. Ce qui devrait permettre au président Edgar Lungu et son gouvernement de résoudre le problème d‘électricité qui affecte l’industrie minière et la croissance économique du pays, en donnant un coup de pouce au secteur minier.