Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

Gabon : des ONG favorables à l'apaisement du climat politique

Gabon : des ONG favorables à l'apaisement du climat politique

Gabon

Des ONG gabonaises ont déposé un manifeste pour la paix aux représentations de l’ONU et de l’UE à Libreville.

A quatre mois de ces joutes électorales, une coalition d’ONG de la société civile donne l’alerte sur les risques de violence postélectorales qui pèsent sur ce pays d’Afrique centrale. Ce lundi, Guy Réné Mombo Lembomba, secrétaire exécutif et porte-parole de la Coalition de la société civile gabonaise (CSCG), a au cours d’un point de presse à Libreville, appelé les acteurs politiques gabonais à plus de responsabilité.

Nous appelons au ressaisissement, à la retenue tous les acteurs politiques – majorité et opposition – qui, par des procédés psychologiques, des slogans dangereux, voudraient propager la haine entre les Gabonais.

Bien avant ce point de presse, l’organisation s’est rendue dans les représentations de l’UE et des Nations unies à Libreville, la capitale gabonaise, pour y déposer un “manifeste pour la paix”.

Cette réaction des ONG intervient alors que le microcosme politique gabonais est caractérisé ces derniers mois par une tension latente. Pour le moment, elle se manifeste dans des discours de plus en plus virulents. Le président Ali Bongo Ondimba est directement visé. Ses opposants remettent en cause sa nationalité et ses origines gabonaises et le disqualifient par conséquent pour la présidentielle.

Le week-end dernier, l’Union sacrée pour la patrie, une plateforme de l’opposition, a donné au président Ali Bongo Ondimba une semaine pour renoncer à sa candidature à la prochaine présidentielle. “Une simple blague”, a réagi Alain-Claude Bilie By Nzé, le porte-parole du gouvernement gabonais.

Nous constatons, pour le regretter, que nous avons une opposition qui est plus dans la blague, a relevé le porte-parole du gouvernement gabonais. Ils passent leur temps à singer ce qui se fait ailleurs. Nous avons une élection présidentielle dans quatre mois, s’ils ne sont pas prêts à aller aux élections, qu’ils disent aux Gabonais qu’ils n’ont aucun projet. Le constat finalement c’est que cette opposition en déshérence n’a aucun projet alternatif à proposer. Le président Ali Bongo est président, il est candidat à sa succession, il a été investi par son parti. Nous ne voyons pas en quoi quelqu’un qui n’est pas membre de ce parti, peut décider qu’Ali Bongo ne pourra pas être candidat.

L‘élection présidentielle au Gabon devrait se tenir le 28 août prochain. Ali Bongo a jusque-là face à lui une dizaine de candidats désignés, dont l’ancien président de la Commission de l’Union africaine, Jean Ping.

Voir plus