Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

30e anniversaire de la catastrophe de Tchernobyl

30e anniversaire de la catastrophe de Tchernobyl

Ukraine

La date du 26 avril 1986 reste gravée dans les mémoires, en Ukraine. Ce jour-là, la centrale nucléaire Lénine explosait dans la ville de Tchernobyl, causant du coup la pire catastrophe nucléaire de l’histoire. Dans le pays, l’on s’est souvenu, comme chaque année, des victimes de cette tragédie.

Trente coups de cloche ont retenti peu après minuit, près de la ville de Tchernobyl, en Ukraine, théâtre il y a exactement 30 ans, de la pire catastrophe nucléaire du XXe siècle et de l’histoire.

Une cérémonie est célébrée chaque année dans la même église de St Michael, à Kyiv. Une cloche spéciale dans la cour est sonnée en fonction du nombre d’années de la catastrophe. Cette fois, c‘était 30 bongs. Une veillée religieuse a eu lieu à Kyiv pour commémorer les victimes. C‘était une parastase, un service traditionnel pour les morts.

Je rends hommage aujourd’hui à ces gens, ces employés qui travaillaient avec moi. Je rends hommage à mon fils et mon mari, qui nous ont quittés, a dit une vieille dame, anciennement employée de la centrale.

J'ai appris des autorités de la centrale que les personnes qui ont été irradiées pendant les cinq premiers jours risquaient de mourir dans les trois ans et demi suivants.

Les anciens salariés de Tchernobyl NPP et d’anciens liquidateurs, tous survivants du désastre et de la contamination, ont assisté à la cérémonie. L’on a mangé et bu de la vodka, selon la tradition orthodoxe orientale.

J’ai appris des autorités de la centrale que les personnes qui ont été irradiées pendant les cinq premiers jours risquaient de mourir dans les trois ans et demi suivants. On ne les a pas cru. Cinq années sont passées, puis 15. Cela fait maintenant 30 ans, et Dieu merci, mes amis et mois sommes toujours en vie, a dit pour sa part un vieil homme, lui aussi ex-employé de la centrale détruite.

Si l’explosion n’a fait qu’une trentaine de victimes directes, les effets de la radioactivité auraient provoqué plusieurs milliers de morts prématurées.

Un rapport de l’ONU évoque 4 000 décès en Ukraine, au Bélarus et en Russie, alors Républiques soviétiques au moment du désastre en 1986. Pour Greenpeace, la tragédie a fait 200 000 morts et contaminé de larges régions d’Europe.

Voir plus