Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

Tchad : Idriss Déby dédie sa victoire à ses partisans [UPDATE]

Tchad : Idriss Déby dédie sa victoire à ses partisans [UPDATE]

Tchad

Le chef de l‘État tchadien, Idriss Déby Itno a été réélu pour un cinquième mandat au premier tour de la présidentielle du 10 avril avec 61,56 % des voix, selon les résultats provisoires publiés jeudi soir par la Comission électorale nationale indépendante (Céni).

ACTUALISATION : ajout de la déclaration de Déby et du récul de ses points par rapport à la présidentielle précédente

Alors qu’Idriss Déby Itno est quasiment assuré d‘être réélu pour un cinquième mandat à la tête du Tchad, le candidat au pouvoir a tenu à remercier ses partisans dès la soirée de jeudi soir. “C’est votre victoire !” a-t-il lancé en guise de message d’encouragement.

Selon les résultats provisoires, Idriss Déby a récolté 61,56 % des voix. Quant à son principal opposant, Saleh Kebzabo, il arrive en deuxième position avec 12,80 % des voix. Malgré cette victoire presque certaine dès le premier tour, le candidat de la majorité enregistre cependant un recul de 27 points par rapport au dernier scrutin présidentiel. Preuve que les électeurs ont été plus difficiles à convaincre lors d’une campagne électorale âpre et ce malgré un encadrement étroit matérialisé notamment par la suspension des télécommunications dans la capitale N’Djaména.

Avant le début du scrutin, huit candidats de l’opposition assuraient que ‘‘aucun candidat à la présidentielle tchadienne, qui a lieu le 10 avril, ne peut l’emporter sans un second tour’‘. Ces derniers accusaient par ailleurs le pouvoir de préparer par ‘‘la fraude’‘ une réélection dès le premier tour pour Idriss Déby.

L’opposition a ainsi dénoncé ‘’ la disparition de centaines d’urnes et de milliers de procès-verbaux’‘ lors de ces élections. Le MPS, parti au pouvoir a été notamment accusé de ‘‘trafic de cartes d‘électeur’‘.

Ces résultats interviennent dans un contexte politique agité au Tchad. Le pouvoir est accusé d’avoir fait disparaître des militaires soupçonnés de n’avoir pas voté en faveur du candidat Idriss Deby.

Voir plus