Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Economie

business

Kenya : la Chase Bank, invitée à rouvrir ses portes après deux semaines de placement sous tutelle

Kenya : la Chase Bank, invitée à rouvrir ses portes après deux semaines de placement sous tutelle

Finance

L’entreprise qui traverse d‘énormes difficultés financières dues à la hausse des créances douteuses va être mise rachetée par des acquéreurs, dont les candidatures sont actuellement en étude par la CBK. La banque centrale du Kenya vient d’annoncer avoir reçu une manifestation d’intérêt de cinq candidats désireux de racheter la Chase Bank.

Selon Patrick Njorogequi qui dirige la CBK, son institution évalue actuellement ces acquéreurs potentiels parmi lesquels on retrouve aussi bien des compagnies locales que des firmes internationales. Selon le dirigeant, la renaissance de l’entreprise financière pourrait être simplifiée par le désir des actionnaires et de la direction de surmonter la situation actuelle.

‘‘Les actifs peuvent être aisément identifiés et vendus’‘, a-t-il poursuivi avant d’indiquer que ce cas était plus simple que celui de l’Imperial Bank qui a fait faillite en octobre dernier.’‘ Imperial Bank était massivement minée par la fraude’‘, affirme-t-il.

Classée onzième dans le pays, la Chase Bank est la troisième banque kényane placée sous tutelle depuis juin 2015, après Dubai Bank et Imperial Bank. L’effondrement de cette dernière avait suscité de nombreuses interrogations sur la santé du système bancaire kényan.

Le Kenya Deposit Insurance Corporation (KDIC), organe étatique de garantie des dépôt bancaires a été chargé par la Banque centrale d’assurer la la gestion, le contrôle et l’administration provisoire de l’établissement’‘. La Chase Bank a été menée à la faillite par des prêts sans garanties de 16,6 milliards de shillings. Incapable de lutter contre l’afflux des épargnants affolés, elle a déposé son bilan.

La banque gérait environ 95 milliards de shillings de dépôts répartis sur quelque 55 000 particuliers, ainsi que des petites et moyennes entreprises. Elle a dores et déjà annoncé l’ouverture de ses soixante-deux succursales dans tout le pays. Ses clients pourront effectuer des retraits allant jusqu‘à un million de shillings kényans, équivalant à dix mille dollars.

La Banque, qui est un établissement de crédit de taille moyenne détenu par des investisseurs privés, a vu récemment la démission de son directeur général et celle de son président du conseil d’administration, tous deux arrêtés pour faute de gestion.