Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

Soudan du Sud : report de l'arrivée de Machar à Juba

Soudan du Sud : report de l'arrivée de Machar à Juba

Sud-Soudan

Attendu à Juba ce mardi, Riek Machar a encore fait faux bond, officiellement pour des « problèmes » de « logistique ».

Les sud-soudanais devront encore prendre leur mal en patience. Alors qu’ils attendaient de voir Riek Machar retrouver la capitale mardi, après un premier report lundi, le vice-président n’a finalement pas pu rejoindre Juba. Un faux-bond que son porte-parole justifie par des raisons logistiques. William Ezekiel, a, en effet, indiqué ce mardi à la presse, que des problèmes liés à la logistique n’avaient pas été réglés, sans donner plus de précision. Il a toutefois laissé entendre que ce retard serait notamment lié à la difficulté d’obtenir une permission de vol pour le chef d‘état-major des rebelles, Simon Gatwech Dual, sous le coup de sanctions des Nations unies.

Mais William Ezekiel assure qu’il ne s’agit que d’un « retard », tout en restant évasif sur la date d’arrivée du vice-président dans la capitale où il est attendu pour reprendre son poste. « Il viendra surement, mais difficile de dire quand ? On vous donnera plus de details plus tard », a-t-il ajouté. Un peu plus tard, un autre porte-parole de la rébellion, Nyarji Roman, a annoncé que Riek Machar devrait arriver mercredi, « si tout va bien ».

De son côté, le gouvernement sud-soudanais a avancé une autre version concernant le report de la venue de Machar qui, selon le ministre de l’Information Michael Makuei, aurait demandé à venir avec 200 soldats et de l’armement supplémentaires, « dont des mitrailleuses et des missiles à visée laser », ce qui est en contradiction avec les termes de l’accord de paix d’août 2015. Les clauses de cette entente n’accordent à la rébellion que le droit de maintenir à Juba 1.370 soldats et policiers, contre 3.420 hommes pour l’armée gouvernementale, le restant des troupes gouvernementales et rebelles n‘étant pas autorisé dans un rayon de 25 km autour de la capitale.

Le retour de Riek Machar dans la capitale devrait permettre la mise en application de l’accord de paix signé le 26 août 2015 et qui prévoyait un cessez-le-feu et un mécanisme de pouvoir. Une entente qui a fait renaitre l’espoir dans le pays ravagé par deux années de guerre civile opposant le président Salva Kiir et son vice-président Riek Machar. Le conflit a fait plusieurs dizaines de milliers de morts et plus de 2,3 millions de déplacés.

Voir plus