Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

Mali : mort d'un manifestant à Kidal

Mali : mort d'un manifestant à Kidal

Mali

Lundi lors d’une manifestation contre les forces françaises et de l’ONU à Kidal, dans le nord-est du Mali, au moins une personne aurait perdu la vie selon le bilan provisoire transmis à l’AFP.

La tension persiste entre populations et troupes étrangères depuis le lancement de l’intervention internationale dans le pays.

Les raisons de ces troubles seraient, selon l’AFP qui cite une source de sécurité africaine au sein de la Mission de l’ONU (Minusma), les arrestations effectuées par la force française Barkhane, qui a fait des djihadistes ses cibles principales dans le Sahel.

Selon un militaire guinéen joint par l’AFP : ‘’ les manifestants demandaient la libération de trois Touareg arrêtés par les Français de l’opération Barkhane, accusés d‘être complices des terroristes qui ont récemment posé les mines qui on tué trois militaires français’‘.

Dans un communiqué, la Coordination des mouvements de l’Azawad (CMA) évoque ‘‘deux morts et plusieurs blessés dont un cas grave parmi les nanifestants.’‘

‘‘Un groupe de manifestants, essentiellement composé de femmes rejointes ensuite par un groupe de jeunes – dénonçant des arrestations jugées arbitraires et abusives sur des individus dans la région, s’est dirigé vers l’aéroport sécurisé par la Minusma’‘, poursuit le communiqué.

La CMA dit déplorer ‘‘un tel comportement de la part des manifestants et appelle au calme, tout en exigeant de la Minusma une enquête immédiate pour identifier les auteurs des tirs mortels contre les manifestants’‘.

De son côté, la Minusma a confirmé la manifestation via un communiqué, précisant que les informations sur d‘éventuelles victimes étaient ‘‘en cours de vérification’‘.

‘‘Des manifestants se sont introduits par effraction vers 10h00 (locales et GMT) sur la piste de l’aéroport, zone d’accès restreint, saccageant et mettant le feu aux installations sécuritaire, souligne le communiqué.

La mission de l’ONU précise être en contact avec les autorités nationales et locales ‘’ dans le but d’apaiser les tensions et de comprendre les circonstances des événements qui ont dégénéré ce matin’‘ et s’engage à communiquer en toute transparence ‘’ sur cet événement ultérieurement.

Une situation similaire avait eu lieu le 27 janvier 2015, trois manifestants avaient été tués par des policiers de la Minusma à Gao, la plus grande ville du Mali, lors d’une protestation violente contre la force de l’ONU, accusée par les participants de favoriser la rébellion.

Voir plus