Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Economie

business

Banque mondiale: prévisions de croissance 2016 revues à la baisse pour l'Afrique subsaharienne

Banque mondiale: prévisions de croissance 2016 revues à la baisse pour l'Afrique subsaharienne

Banque mondiale

Ce lundi, la Banque mondiale a revu ses prévisions de croissance pour l’année 2016 à la baisse en Afrique subsaharienne à 3 % au lieu des 4,5 % espérés en octobre.

En cause, la baisse des prix mondiaux des produits de base, en particulier ceux du pétrole qui ont chuté de 67 % de juin 2014 à décembre 2015, mais aussi la faible croissance mondiale.

Punam Chuhan Pole, économiste et auteur du rapport de la Banque mondiale : “dans The Pulse, nous avons vu que la récente baisse des prix des produits de base implique que les échanges commerciaux ont chuté en moyenne de 16 % en 2016 en Afrique.”

“Nous constatons qu’en moyenne, la baisse des termes de l‘échange a un impact négatif plus important sur la région en raison de la forte dépendance du continent aux matières premières,” a t-elle poursuivi.

D’après la Banque mondiale, cette situation difficile a été aggravée par des préoccupations domestiques telles que les pénuries d‘électricité, l’incertitude politique, la sécheresse et les menaces de sécurité.

En revanche, des pays comme la Côte d’Ivoire ont connu une croissance soutenue du fait d’un environnement politique favorable et d’une hausse de l’investissement.

A 3 %, la croissance de 2016 est bien en-dessous du dynamisme qu’a affiché la région a affiché de 2003 à 2008 avec un taux de 6,8 %.

Petite note d’espoir toutefois, dans l’ensemble, la croissance économique devrait rebondir en 2017 et 2018 pour atteindre 4,5 %. Des pays comme le Ghana et le Kenya devraient tirer leur épingle du jeu.

Selon l’institution de Bretton Woods, la reprise prévue de la croissance en 2017-2018 reflète une amélioration progressive dans les plus grandes économies de la région, l’Angola, le Nigeria et l’Afrique du Sud. Deux facteurs doivent y concourir: la stabilisation des prix des matières premières et l’application de réformes favorisant la croissance.