Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

RDC : expulsion d'un chercheur américain, spécialiste du Congo

RDC : expulsion d'un chercheur américain, spécialiste du Congo

République démocratique du Congo

Le jeudi dernier, Jason Stearns, directeur du Groupe d‘étude sur le Congo à l’Université de New York, a été expulsé de la République démocratique du Congo.

C’est ce vendredi que l’information a été donnée de façon officielle. Jason Stearns a été expulsé par avion de la RDC, passant par l’Europe avant de gagner les États-Unis. Selon un haut responsable congolais, le chercheur « a trompé les services de l’immigration » sur son lieu de résidence à Kinshasa. Toujours selon ce haut responsable, Jason Stearns avait été invité en RDC « par une ONG qui n’est pas régulièrement enregistrée » dans le pays. Mais il n’y a pas que ça.

Quand les « Panama papers » s’en mêlent

L’agence de presse américaine Bloomberg, dans un de ses articles publiés le 5 avril dernier, fait cas d’un proche du président congolais Joseph Kabila, impliqué dans l’affaire dite des « Panama papers. »

Dans cet article, un courriel du chercheur Jason Stearns fait savoir que le cabinet Mossack Fonseca, qui a révélé les « Panama papers », « donne un aperçu rare de ce que nous supposons être un éventail vaste et varié des actifs détenus par la famille du président (congolais). »

Ce vendredi, Lambert Mende, le porte-parole du gouvernement congolais, a prévenu tout journaliste au Congo qui citera les noms des personnalités congolaises impliquées dans les « Panama papers ».

Lambert Mende a mentionné qu’il y a des personnalités « qui ont été citées et qui (…) attendent toutes griffes dehors toute citation (de leur nom) dans un journal, ou dans une chaîne de télévision ou de radio pour déclencher une procédure judiciaire parce que ces personnes disent ne pas avoir de compte au Panama. »

Le porte-parole du gouvernement congolais a aussi ajouté qu’ « il faut faire très attention (avant) de citer des noms, parce que vous risquez de vous retrouver devant la justice et de dire qu’il n’y a pas la liberté au Congo (…) parce que les gens ont aussi droit à leur honneur. »

Des antécédents avec le gouvernement congolais

Jason Stearns connaît la RDC, pour y avoir vécu pendant des années. Il s’y trouvait notamment pendant la guerre de 1998-2003 et est l’auteur d’un ouvrage intitulé « Dancing in the Glory of Monsters », qui fait référence à ce conflit.

L’homme n’est pas à sa première dénonciation. Le Groupe d‘étude sur le Congo qu’il dirige a publié en mars de cette année un rapport sur les massacres de civils, perpétrés dans le nord de la province du Nord-Kivu (Est du Congo) depuis octobre 2014. Dans ce rapport, les soldats de l’armée régulière de la RDC sont cités comme étant les responsables de cette série de carnages.

Ce que rejette en bloc Lambert Mende, le prote-parole du gouvernement congolais.

Voir plus