Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

''Panama papers'' : Perquisition dans les bureaux du cabinet Mossack Fonseca au Salvador

''Panama papers'' : Perquisition dans les bureaux du cabinet Mossack Fonseca au Salvador

Panama Papers

L’enquête sur les ‘‘Panama papers’‘ se poursuit au Salvador où la police a effectué une perquisition vendredi dans les bureaux du cabinet d’avocats Mossack Fonseca à San Salvador, la capitale.

Les révélations des “Panama papers” n’ont sans doute pas livré tous les secrets qui entourent cette affaire, avec les gouvernements à travers le monde qui ont commencé à mener leurs propres enquêtes. Au Salvador, les autorités fouillent dans les dossiers de la firme panaméenne Mossack Fonseca, au cœur de ce scandale qui secoue le monde depuis plusieurs jours. La police salvadorienne a effectué ce vendredi une perquisition dans les bureaux du cabinet d’avocats à San Salvador, la capitale.

Les autorités ont saisi des ordinateurs et de documents, sur lesquels vont se pencher les enquêteurs. Le procureur général a appelé tout le monde à coopérer. « Je veux demander aux avocats et aux cabinets juridiques qui ont pu fournir des conseils aux sociétés, de ne pas faire d’erreur. On va les convoquer. J’espère qu’ils ne vont pas faire l’erreur de cacher des informations. », a exhorté Douglas Meléndez.

L’opération “Panama papers” a permis de mettre au jour des pratiques financières et fiscales opaques de personnalités. Elle continue de faire des vagues notamment dans le monde politique. Après le Premier ministre islandais, qui a été contraint à la démission, c’est au tour du chef du gouvernement britannique David Cameron d‘être dans la tourmente. Après avoir nié détenir de compte offshore dans un paradis fiscal, le Premier ministre britannique a surpris son monde en admettant, jeudi, avoir possédé des actions d’un fonds offshore appartenant à son père décédé 2010.

Dirigeants politiques, entrepreneurs, mais également des sportifs comme Lionel Messi, Michel Platini ou encore le nouveau président de la FIFA, Gianni Infantino, des centaines de noms sont cités dans ces documents… Plusieurs banques mondiales sont également pointées du doigt pour avoir aidé leurs clients à créer des sociétés offshore via le cabinet d’avocats Mossack Fonseca.