Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

Libye : des Forces anti-milices, désormais opérationnelles à Tripoli

Libye : des Forces anti-milices, désormais opérationnelles à Tripoli

Libye

Avec plus de 600 hommes, la Force spéciale de dissuasion assure la sécurité dans la capitale libyenne. Nouvellement formées, ces forces libyennes anti-militants ont pour objectif de mener des opérations anti-terroristes et extirper les militants du groupe État islamique (IS).

L’insécurité en Libye aura permis de mettre en place La Force spéciale de dissuasion, qui est une réponse aux multiples attaques djihadistes, notamment du groupe EI.
L’avancée des groupes terroristes en Libye n’a pas été sans heurts, et en dépit de terribles avertissements de certains responsables occidentaux, des questions demeurent à propos de sa force et son potentiel.

Les entrevues avec les résidents et les fonctionnaires ont montré que le chaos politique qu’a connu la Libye, a facilité la progression d’IS, qui progressivement a consolidé son emprise sur Syrte, tout en étendant ses domaines d’activité, visant les défenses fracturées du pays.

“Les forces spéciales de dissuasion sont déployées 24 heures sur 24 avec des patrouilles régulières et sont également stationnées dans des zones fortement peuplées, où elles recherchent des véhicules suspects. Et comme ils cherchent à créer de l’instabilité à Tripoli, les forces spéciales de dissuasion les repousseront et repousseront toute tentative. Au cours des dernières semaines, elles (les forces) ont réussi à démanteler plus de 15 cellules affiliées à l‘État islamique à Tripoli” a déclaré Muad Khalil le porte-parole de l’unité.

Le chaos et l’insécurité qui règnent dans le pays ont profité à ces groupes rebelles qui se sont étendus à plusieurs villes du pays, implantant des bases arrières (l’EI a dirigé des camps d’entraînement près de la frontière tunisienne, mettant en place des cellules dormantes dans plusieurs villes, et à travers le désert de l’arrière-pays, visant des civils et menaçant de causer d’autres dommages à l’industrie pétrolière de la Libye déjà affaiblie). Le groupe absorbe, déplace et recrute des branches locales d’Ansar al-Sharia.

Au début de 2015, les militants ont pris d’assaut un grand hôtel de Tripoli, lançant leurs premières attaques contre les installations pétrolières, et diffusant des vidéos de décapitation de coptes égyptiens et chrétiens éthiopiens sur une plage.

À peu près au même moment, ils se sont retranchés à Syrte, une ville négligée par les principales factions de la Libye depuis que Kadhafi a été évincé en octobre 2011.

Les puissances occidentales espèrent que le nouvel accord de paix signé en décembre par les responsables des deux parties politiques de la Libye et qui a appelé à un nouveau gouvernement d’union, mettra fin à la menace de l‘État islamique.

Voir plus