Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Economie

business

Sahara occidental : des déchets transformés en aliments

Sahara occidental : des déchets transformés en aliments

Alimentation

Les agriculteurs du Sahara occidental transforment les déchets alimentaires en aliments biologiques. Une coopérative agricole de la ville de Dakhla s’est mise au recyclage des déchets de nourriture pour en faire des aliments moins chers destinés au bétail. Ce type d’alimentation est sans pesticides chimiques et réduit la quantité des déchets dans les fermes.

La Coopérative Agricole de la jeunesse d’Oued Ed-Dahab au Sahara occidental composée de sept hommes et femmes n’auront pas attendu le gouvernement pour venir à bout de la sécheresse qui sévit. Elle a mis en place ce système de nutrition du bétail.

La coopérative recycle les feuilles et les fruits de tomates cerises jetées qui autrement, auraient été brûlés ou jetés. Les feuilles et les fruits sont séchés et mélangés avec d’autres matières premières pour compenser l’alimentation animale biologique.

“Nous produisons des tomates cerise dans cette ferme et nous avons des déchets naturels de ce fruit. Nous mettons les déchets de côté, dans le champ près de la ferme, mais ils pourraient être utilisés pour nourrir le bétail,” a déclaré Mohamed Khbiyez, superviseur agricole.

Le processus de recyclage des déchets alimentaires en aliments pour animaux peut prendre jusqu‘à cinquante jours, selon la coopérative.

Les feuilles et les déchets sont d’abord recueillis, puis séchés au soleil pendant environ sept jours. Ils sont ensuite emballés et emmenés dans une usine où ils sont écrasés avec des tomates crues et laissés pour fermentation pendant 40 jours.

Le projet réduit la quantité des déchets et aide à la lutte contre la pollution selon Mahmoud Boudah, président de la coopérative.

“Les feuilles et les tomates sont gaspillées par les exploitations agricoles locales et parfois, les feuilles qui sont brûlées, polluent la ville. Aujourd’hui, les feuilles ne sont pas plus brûlées. Nous les collectons et les séchons puis on y ajoute de la pulpe de tomate et certains autres nutriments. Nous en faisons de la nourriture pour les animaux tels que les chameaux, les moutons et les vaches, en particulier depuis que la province d’Oued Ed-Dahab a vécu des années successives de sécheresse”.

Mis sur pied en 2015, le projet qui court jusqu’en 2017 a été soutenu et financé par la Fondation Phosboucraa qui œuvre dans le développement économique et social de la région. Le Directeur de la société agricole saharienne à la fondation espère que le projet profitera à tous les agriculteurs et aux éleveurs dans la province.

“Avant ce projet, ils brûlaient les feuilles. Ils polluaient l’environnement. Ils jetaient des tonnes de feuilles ainsi que les tomates non désirées. Cela se passait dans toutes les fermes locales de Tawarta. Nous sommes intervenus pour aider la Coopérative Agricole de la jeunesse d’Oued Ed -Dahab, en charge du projet. Le projet profitera à tous les éleveurs d’animaux de la région. Il s’agit de la première initiative du genre dans le Royaume”.

Les résultats de cette phase dite ‘‘pilote’‘ permettront à la fondation Phosboucraa de voir si le projet peut être étendu à d’autres zones du Sahara occidental.