Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

Mali : «lutter contre le terrorisme, c'est la tâche de Barkhane» (ministre allemande de la Défense)

Mali : «lutter contre le terrorisme, c'est la tâche de Barkhane» (ministre allemande de la Défense)

Armée allemande

Ursula von der Leyen s’est exprimée lors d’une conférence de presse à l’issue de sa visite à Bamako ce lundi.

La ministre allemande de la Défense s’est rendue à Bamako pour discuter des pistes afin de renforcer la coopération entre Berlin et les autorités maliennes. Elle a cependant profité de cette occasion pour repréciser la répartition des rôles des forces internationales sur le territoire malien. « Lutter contre le terrorisme, ça, c’est la tâche et le devoir de Barkhane. La Minusma, en outre, c’est d’accompagner le processus de paix. », a-t-elle déclaré selon RFI. En d’autres termes, les forces onusiennes stationnées dans le cadre de la Minusma n’ont pas vocation à se battre au quotidien avec les insurgés.

Dans le détail, les soldats allemands présents dans les rangs de la force des Nations unies ne devraient pas se retrouver directement au contact des “terroristes”. Ce rôle central revient à la France.

Si l’Allemagne ne suivra pas Barkhane dans des combats au corps-à-corps avec les groupes islamistes radicaux qui fourmillent notamment dans le nord du Mali, elle a déjà pris le parti d‘étoffer son contingent sur place. Une perspective qui réjouit le ministre malien de la Défense, Tiéman Coulibaly. « L’Allemagne a décidé d’augmenter sa participation à la Minusma en envoyant plus de personnel et des équipements qui vont servir à surveiller, à aider à acquérir du renseignement opérationnel pour être efficace », se félicite-t-il.

LIRE AUSSI LA FORCE BARKHANE FACE AU DÉFI SÉCURITAIRE

La chambre basse du Parlement allemand a en effet validé en janvier dernier un projet de loi qui visait à faire évoluer les effectifs de la Bundeswehr au Mali, à quelque 550 soldats. Avant ce texte, le gouvernement allemand ne pouvait pas envoyer plus de 150 militaires sur le théâtre malien. Dans les faits, seuls dix hommes avaient effectivement été déployés. À noter, 200 Allemands à la mission européenne de formation des soldats maliens.