Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

Kenya : fin de l'ultimatum de l'Agence mondiale antidopage

Kenya : fin de l'ultimatum de l'Agence mondiale antidopage

Kenya

À quatre mois des Jeux olympiques de Rio, le Kenya pourrait être suspendu pour raison de dopage.

La Fédération internationale d’athlétisme a laissé au Kenya jusqu‘à ce mardi minuit pour se mettre en conformité avec les règles anti-dopage sous peine de sanctions.

Le pays est soupçonné d’avoir couvert un vaste système de dopage pour ses athlètes.

La loi qui sanctionne de 1000 dollars (872 euros) d’amende et/ou d’un an de prison les athlètes convaincus de dopage et met en place une Agence kényane antidopage (Adak), n’a pas été adoptée. Et pour cause, les travaux de l’Assemblée ont été suspendus pour dix jours à compter du premier avril.

Au début de l’année, le pays avait déjà été mis en garde. La semaine dernière, un dispositif de lutte contre le dopage a été présenté dans la précipitation. Un dispositif qui n’a pas pu être adopté à temps pour répondre aux exigences de l’AMA, l’Agence mondiale antidopage, de pouvoir contrôler les athlètes à tout moment et adopter des sanctions plus lourdes.

Malgré, la suspension ces trois dernières années d’une quarantaine d’athlètes kényans pour dopage ainsi que la sanction du directeur de l’athlétisme du pays pour corruption, le Kenya est devenu l’an dernier la première nation au tableau des médailles aux championnats du monde, avec notamment sept titres.

Le Kenya est dans le collimateur des instances internationales, comme la Russie. Mais d’autres scandales pourraient écorner l’image des coureurs des hauts-plateaux. En Éthiopie notamment où de très nombreux entraîneurs ont été formés en Russie.

Voir plus