Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

Panique à Brazzaville

Panique à Brazzaville

Congo

La tension est toujours vive à Brazzaville. La capitale du Congo s’est réveillée ce lundi sous le crépitement des armes, après des combats entre les forces de l’ordre et des assaillants identifiés par le gouvernement comme étant d’anciens miliciens « Ninjas ».

Ces attaques ont semé la panique au sein de la population. Des milliers d’habitants ont fui la capitale où les opérations militaires se poursuivaient dans la soirée dans les quartiers sud où se seraient repliés les assaillants, selon une source militaire citée par l’AFP.

Malgré les assurances du porte-parole du gouvernement, Thierry Moungalla, qui estime que la situation est sous contrôle, la peur reste toujours grande. “Nous nous sommes levés à 2 heures du matin avec des coups de feu sporadiques allant dans tous les sens, partant du Djoué à d’autres quartiers. Nous avons remarqué la présence dans les quartiers, notamment dans les ruelles, d’un certain nombre de compatriotes armés », raconte Léonidas, un résident de Bacongo.

“On nous a demandé de libérer le quartier avant qu’il ne soit trop tard. On est là comme des orphelins, on devient comme des immigrés. On n’a nulle part où aller”, poursuit Merci Mita, une autre résidente de Bacongo.

Ces attaques interviennent à quelques jours de la proclamation des résultats définitifs de la présidentielle du 20 mars. Les résultats provisoires livrés par la Commission électorale avaient donné la victoire au président Denis Sassou Nguesso avec plus de 60 % des voix. Des chiffres contestés par l’opposition qui a appelé à la désobéissance civile.

Voir plus