Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

Tchad : la société civile se retire de la Commision électorale

Tchad : la société civile se retire de la Commision électorale

Tchad

Au Tchad les représentants de la société civile se retirent de différentes institutions, notamment la Commission électorale indépendante (Céni). Par ailleurs, ils annoncent la tenue malgré l’interdiction d’une ‘‘marche pacifique’‘ pour le 5 avril.

L’atmosphère politique au Tchad s’alourdit. Ce vendredi, la société civile tchadienne a manifesté son mécontentement vis-à-vis du pouvoir en annonçant son retrait de différentes institutions de la République. Il s’agit notamment du Cadre national de dialogue politique (CNDP), du Conseil économique et social, du Collège de contrôle des revenus pétroliers et de l’Initiative de transparence pour les industries extractives (Itie) ainsi que la Commission électorale nationale indépendante.

Face à la presse, l’Union des Syndicats du Tchad (UST) a déclaré au nom de la plate-forme de la société civile qu’ « en tenant compte de tout ce qui se passe et du maintien de nos camarades en prison, nous avons décidé, à partir d’aujourd’hui, du retrait de tous nos camarades de plusieurs institutions, dont la Céni. »

En effet, à quelques jours de l‘élection présidentielle prévue le 10 avril, quatre leaders de l’opposition, dont le secrétaire général de l’UST sont détenus dans les prisons tchadiennes depuis 10 jours. Il s’agit de Mahamat Nour Ahmed Ibedou, porte-parole de la coalition “Ça suffit”, Younous Mahadjir, secrétaire général de l’Union des syndicats du Tchad (UST), Nadjo Kaina Palmer, porte-parole du mouvement Iyina (« On est fatigué ») ainsi que Céline Narmadji, porte-parole de la coalition « Trop c’est trop ». Leur procès débuté ce jeudi 31 mars, a été finalement reporté au 07 avril après une interruption au bout de 20 minutes.

Il est reproché à ces activistes leur grande implication dans un mouvement de protestation contre la candidature du président Idriss Déby Itno, au pouvoir depuis 25 ans et qui brigue un nouveau mandat à la présidentielle du 10 avril.

La plateforme de la société civile dont l’UST est la porte-parole, a par ailleurs annoncé la tenue effective, malgré l’interdiction du ministère de la Sécurité, d’une marche pacifique qui se tiendra le 05 avril. « Nous disons que la marche du 5 avril est maintenue. Nous avons écrit au ministre de la Sécurité pour demander l’itinéraire à suivre mais le ministre a refusé. En dépit de cette décision nous allons marcher et ferons en sorte que cette marche réussisse », s’est voulu clair le porte-parole de la plateforme de la société civile.

Voir plus