Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

This is Culture

this-is-culture

Jérusalem : le marché Mahane Yehuda embelli de graffitis

Jérusalem : le marché Mahane Yehuda embelli de graffitis

Israël

Les affaires ne sont plus très bonnes sur le marché de Mahane Yehuda à Jérusalem. Une série de violences depuis septembre dernier a fait reculer les acheteurs. 

 
Quand la nuit tombe sur le marché Mahane Yehuda, de nouveaux visages apparaissent sur les volets des échoppes. Le projet a commencé il y a un an avec des graffeurs qui ont voulu faire changer les mentalités dans un lieu marqué par des violences depuis septembre dernier. Mais tout a commencé avec la volonté de simplement y mettre un peu plus de couleurs.

 
Pour Berel Hahn, co-initiateur du projet, plusieurs étapes préalables ont été franchies pour y arriver. “Quand nous avons commencé, ce n‘était que des couleurs et on a vu que ça avait un fort impact sur les gens, ils souriaient, ou alors ils étaient choqués. Ensuite on a eu des demandes pour faire des portraits et cela nous a conduits à toute une galerie de personnages. Les gens s’arrêtaient et demandaient “qui c’est ?” Et on leur racontait l’histoire et ils étaient touchés. Cela les emmenait ailleurs.”

Mahane Yehuda Market, Jerusalem

 
Les graffeurs ont peint les visages de personnalités de l’histoire d’Israël et des juifs. Se retrouvent ainsi le chanteur Matisyahu, David Ben-Gourion ou encore Sigmund Freud.
 
 
“Le thème général c’est d’inciter les gens à faire quelque chose. Ces personnes ont voulu rendre le monde meilleur, que ce soit avec de petites ou de grandes choses, que ce soient des héros, des héroïnes. Ce ne sont pas uniquement des juifs et c’est un des aspects universels de notre culture qui est de nous améliorer et de surpasser nos propres démons. Nous voulons être de meilleures personnes dans un meilleur environnement”, poursuit Berel Hahn.

Les artistes suivent aussi les critiques des commerçants ou des passants. Comme celle faite par Ehud Kahana, vendeur au marché de Jérusalem. “Ce sont de beaux dessins. Ils aident vraiment à créer une atmosphère positive ici sur le marché avec toutes les attaques et la situation de sécurité. Le seul défaut avec ces dessins c’est qu’on ne peut les voir que la nuit quand les magasins sont fermés. C’est dommage”, déplore-t-il.

Les rideaux de 360 échoppes ont ainsi été peints, ce qui transforme le marché en un grand musée nocturne. Des clients comme Maayan Gur sont fascinés par cet art magique. “Ça ajoute de la couleur, ce qui est très drôle. La couleur c’est la vie. Ça apporte aussi de la chaleur et de la lumière.”

 “C’est bien. Ça a l’air plus propre que tout ce gris que l’on voyait quand c‘était fermé. L’ambiance est meilleure”, ajoute Noa, également cliente.

Des remarques qui vont dans le sens de celles faites par Yoav Mizrahi, gestionnaire d’un café : “La situation sur le marché est très difficile. Si le statut de Jérusalem ne change pas, nous allons vivre des temps très difficiles mais je pense que ces graffitis créent un buzz et peuvent définitivement aider les gens dans la ville. C’est vraiment bien.”

Pour Berel Hahn, ces graffitis vont bien au-delà des attributs décoratifs. Ils sont le bien-être que peuvent espérer les marchands et les visiteurs du marché. “L’art peut avoir un effet neurologique sur une personne, ce sont des endorphines qui font du bien aux gens, maintenant que ça s’est répandu et que les gens ont capté l’histoire, de plus en plus de gens viennent voir le marché grâce à l’art”, conclu-t-il. 

Voir plus