Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

Il y a 69 ans, l'insurrection malgache

Il y a 69 ans, l'insurrection malgache

Madagascar

Comme chaque 29 mars depuis 1967, Madagascar a commémoré la l’insurrection de 1947 contre l’armée coloniale française. Un soulèvement dont la répression a fait des milliers de morts.

C’est un évènement historique et plein de symbole pour les Malgaches. Ce 29 mars 2016, ils ont commémoré l’insurrection contre l’armée coloniale française qui a marqué le début de la lutte pour l’indépendance de la Grande île. Une façon pour eux de montrer qu’ils n’ont pas oublié ce sacrifice de leurs aïeux qui ont payé un lourd tribut dans cette révolte sanglante. « Le 29 mars représente pour nous en quelque sorte la rédemption. La rédemption même de nos aïeux parce que c’est la date qui nous a menés vers l’indépendance. », indique Benson, un jeune slammeur.

La lutte pour l’indépendance est menée par le Mouvement démocratique de révolution malgache (MDRM) qui se lance dans la bataille à la suite de réquisitions durant la Seconde Guerre mondiale. Une révolte que les Malgaches vont chèrement payer. Car cette insurrection est également une tragédie. Aux massacres de colons français et de Malgaches non-indépendantistes par les insurrectionnistes, s’ajoute une sanglante répression de l’armée française qui fit plusieurs milliers de morts. Une tragédie dont Jean Robert, ancien député, se rappelle des récits. « Mon père était en prison et nous étions restés dans la famille à Farafangana. Mon père m’a raconté qu’il a vu des docteurs qui ont été décapités. Des amis de mon père, qui étaient avocats, que je considérais comme mes propres grands-parents, ont aussi été décapités. Le sang giclait jusqu’au plafond. », déclare-t-il.

Par devoir de mémoire

Il aura fallu un an aux troupes coloniales pour venir à bout de la guérilla. Certains des leaders du mouvement indépendantiste, dont les députés à l’Assemblée nationale Joseph Ravoahangy et Joseph Raseta, sont mis aux arrêts. Ces derniers ont été condamnés à mort après avoir été déchus de leur immunité parlementaire, une peine commuée en prison à vie, par la suite. Aujourd’hui, les historiens ont du mal à s’accorder sur le bilan de la répression dont les chiffres varient entre 100 000 et 100 000 morts. Quel que soit le nombre, les Malgaches regardent cette page de leur histoire à la fois comme une tragédie et le symbole de la libération. Et même si le sujet n’est que peu évoqué dans le pays, certains mènent le combat pour la maintenir debout. Contre l’oubli et par devoir de mémoire.

Voir plus