Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

Ébola, plus une menace de santé publique internationale (OMS)

Ébola, plus une menace de santé publique internationale (OMS)

Guinée

L‘épidémie d‘Ébola en Afrique occidentale ne constitue plus une menace de santé publique internationale. L’annonce de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) met également fin à la réaction d’urgence internationale mise en place depuis vingt mois. L’OMS insiste tout de même sur la nécessité du maintien d’un ‘‘niveau élevé de vigilance’‘.

Après plus de vingt mois au rouge, l’OMS annonce la fin de l‘épidémie Ébola en Afrique de l’Ouest. Le comité d’urgence mis en place par la directrice de l’organisation, Margaret Chan, a conclu, lors de sa neuvième réunion, que la situation d’Ébola en Afrique ne constituait plus une urgence de santé publique de portée internationale et que les recommandations temporaires adoptées pour y riposter pouvaient prendre fin, selon un communiqué des Nations unies. ‘‘Le comité a fourni ses conclusions, que j’ai validées. La transmission d‘Ébola en Afrique de l’Ouest ne constitue plus un événement extraordinaire, et le risque de propagation internationale est maintenant très faible’‘, a déclaré Margaret Chan, la directrice de l’OMS. ‘‘La capacité de riposte à Ébola est forte en Afrique de l’Ouest’‘ poursuit-elle, en soulignant que les trois pays les plus touchés (Guinée, Liberia et Sierra Leone) comptaient désormais la plus grande expertise en matière de réaction à Ébola.

Margaret Chan a cependant noté qu’un niveau élevé de vigilance et de capacité de riposte devait être maintenu pour s’assurer de la capacité des pays à prévenir les infections à Ébola, détecter et réagir rapidement aux flambées d’épidémie à l’avenir. Toutes les chaînes de transmission du virus ont pris fin ; mais une nouvelle chaîne en Guinée a infecté huit personnes, et sept en sont mortes.

Le communiqué de l’OMS fait état de la présence de centaines de ses personnels expérimentés dans ces trois pays, prêts à contribuer au genre de riposte d’urgence nécessaire pour interrompre rapidement les chaînes de transmission et pour la première fois dans le cas d’une épidémie d’Ébola, les équipes de riposte ont accès aux vaccins comme outil de contrôle puissant.

La forte réduction du nombre de cas permet aux laboratoires partenaires de l’OMS de pouvoir séquencer les virus par patients, et les différents résultats permettront d’approfondir les recherches épidémiologiques nécessaires pour déterminer avec précision la source des différentes chaînes de transmission.

Les différentes ripostes nationales et internationales sont suffisantes pour contrôler de manière assez rapide les potentiels nouveaux cas. Le communiqué de l’OMS rappelle toutefois que la probabilité d’une propagation internationale par voie aérienne est aujourd’hui quasi inexistante.

Voir plus