Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Economie

business

Mozambique : Exxon Mobil et ENI s'engagent dans des pourparlers

Mozambique : Exxon Mobil et ENI s'engagent dans des pourparlers

Pourparlers

Exxon Mobil envisage l’achat d’environ 15 % des parts du gisement gazier “Zone 4” d’ENI au Mozambique. Les deux compagnies sont en négociation selon deux sources proches du dossier.

Cet achat de parts est considéré comme la première grande acquisition de l’entreprise américaine depuis la chute des cours mondiaux du pétrole.

‘‘Zone 4’‘, dans laquelle ENI détient une participation d’exploitation de 50 %, est située dans le bassin de Rovuma au Mozambique, où le gaz en place revient à quelque 85 billions de pieds cubes.

Ce gisement est l’un des plus riches récemment découverts et dont la future production sera surtout destinée aux marchés asiatiques sous forme de gaz naturel liquéfié (GNL).

Début mars, ENI a annoncé qu’elle vendrait pour 7 milliards d’euros ses actifs d’ici 2019, parallèlement à la réduction de ses investissements, pour poursuivre son recentrage sur l’exploration.

“Les cessions se feront surtout par dilution de nos parts dans des découvertes récentes et d’ampleur”, a déclaré l’administrateur délégué du groupe italien, Claudio Descalzi ce mois-ci, faisant du Mozambique et de l‘Égypte des choix privilégiés. Claudio Descalzi a ajouté qu’il n‘était pas loin de conclure une cession au Mozambique, où il a dit discuter avec “beaucoup de parties intéressées”.

Deux sources proches du dossier ont d’ailleurs annoncé qu’Exxon Mobil discutait précisément de l’achat d’une participation de cet ordre. Selon une source bancaire proche du dossier, le pétrolier américain est intéressé par la totalité des parts d’Eni. Une quatrième source évoquait une volonté de la part d’Exxon Mobil de s’impliquer dans l’ensemble des actifs mis en vente par ENI en Afrique.

Bien avant les négociations avec Exxon, ENI était en pourparlers avec plusieurs potentiels acheteurs dont le Chinois Huadian Corp.

Il y a deux ans, l‘énorme capacité de production d’Eni attirait les valorisations de pointe après la vente de 20 % de ses parts à la CNPC en Chine pour 4,2 milliards de dollars, en pleine concurrence dans les milieux d’exploitation gazière.