Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

Attaque terroriste de Grand-Bassam : Aqmi expose ses raisons

Attaque terroriste de Grand-Bassam : Aqmi expose ses raisons

Côte d'Ivoire

Aqmi (al-Qaïda au Maghreb islamique) a émis un communiqué sur internet, exposant ainsi des détails sur l’attaque armée qu’il a menée à Grand-Bassam, en Côte d’Ivoire.

Aqmi a émis un communiqué qui a été repéré par le centre de surveillance des sites islamistes (SITE), après l’attaque terroriste de Grand-Bassam. C’est le deuxième communiqué que le groupe terroriste met à la disposition des internautes, après celui qu’il a publié le soir même de l’attaque et dans lequel il revendiquait la tuerie de dimanche dernier. Pour les djihadistes, qui donnent dans ce second communiqué des détails sur les tueurs envoyés à Grand-Bassam, ceux-ci ont été envoyés en « représailles contre la France », ainsi que ses alliés en Afrique de l’Ouest.

« C’est un avertissement pour la Côte d’Ivoire » et pour tous les alliés de la France ayant « participé aux combats contre les djihadistes. », peut-on lire dans ce communiqué du groupe fondamentaliste. A travers la tuerie de Grand-Bassam, les islamistes s’en prennent aux opérations françaises que sont Serval et Barkhane, ainsi que ses alliés. Aqmi incite ces derniers à « se retirer de cette alliance satanique ». Dans le cas contraire, « les djihadistes les viseront jusque dans leurs repaires les plus fortifiés. »

Poursuivant, les terroristes parlent du massacre de Grand-Bassam comme étant « une vengeance » pour « nos frères récemment tués par la France ». Pour certains observateurs, il s’agit certainement d’une allusion faite à la mort d’Abou al-Nour al-Andalusi, émir de la zone saharienne d’Aqmi, liquidé par les forces spéciales françaises. Dans le même ordre d’idées, Aqmi mentionne la remise de prisonniers djihadistes au Mali, par la Côte d’Ivoire. En effet, Abidjan avait extradé sept terroristes vers le Mali. Ils étaient soupçonnés d’avoir pris part aux attaques de Misseni et Fakola, sur la frontière ivoiro-malienne, en 2015.

Les djihadistes les viseront jusque dans leurs repaires les plus fortifiés.

Le communiqué fait aussi allusion à une vengeance relative à la politique occidentale en « Palestine, Afghanistan, Irak, Syrie, Yémen, Somalie, Libye, Mali et Centrafrique ». Pour terminer, le groupe terroriste (Aqmi) incite les musulmans à éviter, ou encore à s‘éloigner des lieux où se trouvent des occidentaux. Ceci, afin de ne pas être frappés lors d’une prochaine attaque.

Les trois assassins du dimanche dernier ont été présentés, pour deux d’entre eux, comme étant des Peuls. Le troisième a quant à lui été désigné sous l’appellation d’ « ansar », ou encore local. Ce qui laisse supposer qu’il est Ivoirien.

Voir plus