Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

Onu : le conseil de sécurité adopte une résolution contre les abus sexuels

Onu : le conseil de sécurité adopte une résolution contre les abus sexuels

Viol

L’Organisation des Nations unies a adopté une résolution qui s’attaque aux abus sexuels commis par ses casques bleus.

Difficilement adoptée vendredi 11 mars à cause des réserves de plusieurs pays, la résolution prévoit le rapatriement des contingents entiers des casques bleus en cas de soupçons d’abus sexuels portés sur eux.

Accusée de laxisme face aux scandales sexuels de ses soldats et policiers dans ses différentes missions, l’ONU reprend la main par cette résolution pour redorer son blason. Dans la foulée, elle exige aux États de juger les coupables à leur retour. Si un pays ne prend aucune mesure contre ses soldats fautifs, il pourra même être écarté totalement des opérations de maintien de la paix. L’ONU a déjà rapatrié des contingents du Congo et de la République démocratique du Congo opérant en Centrafrique.

La résolution souligne que les soldats de la paix reconnus coupables, pas seulement ceux accusés, mais reconnu coupables d'abus et exploitations sexuels ne méritent pas de servir dans des missions de maintien de la paix.

“La résolution souligne que les soldats de la paix reconnus coupables, pas seulement ceux accusés, mais reconnu coupables d’abus et exploitations sexuels ne méritent pas de servir dans des missions de maintien de la paix. C’est un message clair envoyé aux pays contributeurs des troupes qui ne font pas des efforts pour prévenir ou punir leurs soldats. C’est aussi un message à tous les États membres et aux organismes de l’ONU pour s’assurer que les enquêtes soient effectuées à fond, promptement et impartialement”, a dit Samantha Power, ambassadeur des états unis à l’ONU, dans son allocution devant le conseil de sécurité.

La résolution a suscité quelques réserves de la part de certains pays. L‘Égypte a proposé un amendement soutenu par l’Angola, la Russie, la Chine et le Venezuela. Amendement bien entendu rejeté. Le pays des pharaons estime qu’en “condamnant sans équivoque” les abus sexuels, on inflige une “punition collective” pour des crimes commis par quelques brebis galeuses.

Une telle approche risque d’avoir “un grave impact sur le moral du personnel et de ternir la réputation” des pays qui fournissent des Casques bleus, a averti vendredi l’ambassadeur égyptien Amr Abdellatif Aboulatta.

Dans un récent rapport, l’ONU a avoué avoir reçu 99 plaintes contre ses soldats en 2015, pour abus ou exploitation sexuelle présumée. Un chiffre en hausse de 19 cas par rapport à 2014.

Depuis le début de cette année, 26 nouvelles accusations contre les soldats de la paix ont été enregistrées.