Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Sport

sport

Maria Sharapova rectifie ''le débordement'' des médias

Maria Sharapova rectifie ''le débordement'' des médias

Russie

La star russe du tennis n’a pas lésiné sur les mots. Elle en a utilisé autant qu’elle pouvait pour démentir ‘‘de fausses accusations’‘, d’après son long message publié sur sa page Facebook.

Maria Sharapova a été contrôlée positive au meldonium, médicament interdit par l’Agence mondiale antidopage (AMA). Suite a l’annonce faite par elle-même lors d’une conférence de presse à Los Angeles, cette confession a crée un tollé dans le monde sportif et dans les médias.

En effet, si Maria Sharapova semble approuver la plupart des récits faits par la presse sur son ‘‘manquement’‘, elle n’admire pas pour autant « les choses qui on été diffusées par les médias qui sont fausses ». Elle se dit « déterminée à contre-attaquer ». Un article comparu dans un média aurait soutenu que la championne avait été avertie à cinq reprises, « ce n’est pas vrai, cela n’est jamais arrivé », commente la joueuse.

Cependant, elle reconnaît qu’elle aurait dû être « plus attentive (…) aux lettres d’informations, aux dépliants ou aux courriers électroniques reçu le 22 décembre 2015 », date à laquelle tous ces grands changements ont eu lieu dans le programme antidopage du tennis pour l’année 2016.

Se prononçant sur les causes de son forfait, la joueuse soutient n’avoir pas eu le temps de lire « ces documents qui contenaient des milliers de mots », dont « beaucoup d’entre eux techniques et écrits en petit caractère », selon elle.

En outre, Maria Sharapova s’est voulue très clair sur ce point. Elle affirme qu’elle ne prenait pas le médicament mis en cause tous les jours, et qu’elle agissait selon les prescriptions de son médecin.

« J’ai été honnête et pris les devants, je n’ai pas prétendu être blessée afin de cacher que j’avais été contrôlée positive. Je suis fière de la façon dont j’ai joué au tennis. J’espère que je serai à nouveau autorisée à jouer », termine-t-elle.

Voir plus