Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

Le Zimbabwe va dédommager les fermiers blancs

Le Zimbabwe va dédommager les fermiers blancs

Zimbabwe

Les fermiers blancs expropriés en 2000 pourront être dédommagés par l‘État zimbabwéen. L’annonce a été faite vendredi à Harare par le ministre des Finances Patrick Chinamasa.

En rappel, le président Robert Mugabe avait lancé une réforme agraire en 2000 au cours de laquelle il avait exproprié les fermiers blancs de leurs terres, pour les redistribuer aux petits fermiers noirs. Le but étant de contre-balancer les injustices du passé colonial, où les Blancs s‘étaient octroyé les meilleures terres, au détriment de la majorité noire.

En tout, 6.000 fermiers ont perdu leurs terres. Et depuis, ils luttent pour obtenir des réparations du gouvernement zimbabwéen. Ce dernier (le gouvernement), disait par contre que c’est la Grande-Bretagne qui devait le faire.

L’annonce de Patrick Chinamasa, le ministre des Finances, si elle devait se concrétiser, serait donc un surprenant rétropédalage de Harare. Cette compensation “est inscrite dans notre Constitution et de ce que je sais, c’est une obligation constitutionnelle”, a indiqué le ministre à l’AFP pour justifier la décision. “Je veux régler tous les problèmes et les disputes autour de la résolution de la question des terres”, a-t-il ajouté.

Cette compensation "est inscrite dans notre Constitution et de ce que je sais, c'est une obligation constitutionnelle.

Recenser les fermiers

La première phase de cette décision commence par le recensement de tous les fermiers expropriés pour évaluer le montant que chacun recevra. Sur les 6.000 fermes concernées, 1.500 ont déjà été évaluées.

Le ministre n’a pas indiqué quand pourra commencer le dédommagement et comment il se déroulera.

Pour beaucoup d’observateurs, la réforme agraire de 2000 a déséquilibré le système agricole des fermiers blancs qui faisait du Zimbabwe le grenier de l’Afrique. Les terres redistribuées ont profité aux proches du pouvoir, toujours selon les observateurs.

Voir plus