Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

Le phénomène de la fuite des cerveaux en Afrique

Le phénomène de la fuite des cerveaux en Afrique

Amérique du nord

Attirés par les nouvelles opportunités qu’offre le continent, les Africains diplômés des universités occidentales sont de plus en plus nombreux à opter pour un retour au pays natal.

De nombreux analystes présentent l’Afrique comme étant le continent le plus frappé par la fuite des cerveaux.

Parmi les milliers d‘étudiants qui vont en Europe et en Amérique du Nord chaque année, nombreux sont ceux qui choisissent de rester dans leurs pays d’accueil après leurs études.

Ce phénomène était au centre des préoccupations samedi au Royaume-Uni, lors de l’Oxford Business Forum Africa.

“Les personnes qui sont censées avoir ces conversations, qui sont censées nous aider à gérer la chute du rand, qui sont censées façonner l’avenir de l’Afrique du Sud, l’avenir de l’Afrique donc, se trouvent quelque part en Europe, contribuant à la croissance de la livre, ou quelque part aux États-Unis contribuant à leur croissance. Chaque fois que nous évoquons notre continent, nous parlons d’un continent en régression pas parce qu’il est voué à l‘échec”, explique Vuyane Mhlomi, doctorant à l’université d’Oxford.

Bien que le nombre de diplômés africains qui choisissent de rentrer au bercail soit en nette augmentation ces dix dernières années, l’adaptation aux réalités locales reste un véritable défi.

“Ce qui m’a le plus frappé dans le fait de travailler à l’international, c’est l’avancée et toutes les bonnes choses, les choses incroyables que l’on voit, et ce qui est dommage c’est de ne plus voir ces choses de retour à la maison. Je veux rentrer chez moi mais ce qui me frustre c’est de ne pas être informée des opportunités une fois rentrée”, s’inquiète Ruvimbo Nyangoni, étudiante en MBA à la Saïd Business School d’Oxford.

70 % de diplômés africains retournent travailler dans leurs pays, selon une étude menée en 2013 par Jacana Private Equity Africa.

Pour la plupart, ils sont motivés par les opportunités qu’offre l’Afrique, ainsi que les difficultés rencontrées dans l’obtention des permis de travail.