Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

Tunisie : des affrontements entre armée et djihadistes font 45 morts

Tunisie : des affrontements entre armée et djihadistes font 45 morts

Tunisie

L’armée tunisienne a mené une riposte d’envergure ce lundi après une attaque de ses positions par des djihadistes, dans la ville de Ben Guerdane. Le bilan est lourd : 28 djihadistes, 10 forces de l’ordre et 7 civils tués.

La réponse de l’armée tunisienne à une attaque de militants extrémistes, à l’aube de ce lundi, dans la ville de Ben Guerdane, a été cinglante. Au moins 28 djihadistes ont perdu la vie en tentant de prendre le contrôle sur une caserne de l’armée, un poste de police et un poste de la garde nationale (gendarmerie) dans cette ville proche de la frontière avec la Libye. On déplore également la mort de 7 civils et 10 forces de l’ordre. Une attaque djihadiste condamnée par le président tunisien Béji Caïd Essebsi, qui l’a qualifiée de “sans précédent” et “coordonnée”.

Les ministères de l’Intérieur et de la Défense qui ont donné ces informations dans un communiqué conjoint, ont par ailleurs annoncé que tous les postes-frontières seront fermés. Des fouilles terrestre et aérienne sont en outre en cours le long de la frontière avec la Libye – pays où pullulent de nombreux groupes terroriste depuis la chute de Mouammar Kadhafi.

Tunis qui entend restaurer la sécurité, a instauré un couvre-feu nocturne, de 19h00 à 05h00 du matin ( heures locales) et a appelé les populations à rester « vigilantes ». En appui à ces mesures, les forces de l’ordre patrouillent dans les quartiers de la ville afin de « pourchasser les terroristes ». 

Ces attaques simultanées des positions des forces tunisiennes interviennent près d’une semaine après une opération antiterroriste menée par des unités de l’armée, de la garde nationale et de la police qui avait tué cinq extrémistes venus de Libye et retranchés dans une maison. Bien avant, le 19 février, un raid aérien lancé par les Etats-Unis contre un camp d’entraînement du groupe Etat islamique (EI) à Sabrata, dans l’ouest libyen (près de la frontière avec la Tunisie) faisait une dizaine de morts. Parmi ces morts, aurait figuré Noureddine Chouchane, un Tunisien présenté comme un pillier de l’Etat islamique dans la région.

Depuis sa révolution en 2011, la Tunisie fait face à la recrudescence des groupes djihadistes responsable de la mort de dizaines de policiers et de soldats ainsi que de touristes étrangers. 

Voir plus