Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

Mali : l'ONU demande l'accélération du processus de paix

Mali : l'ONU demande l'accélération du processus de paix

Mali

L’Organisation des Nations unies reste positive sur l’avancée du dialogue pour le retour de la paix au Mali, mais exhorte les parties à accélérer le processus.

Au Mali pour « donner un coup d’accélérateur au processus de paix » dans le pays, la mission du Conseil de sécurité des Nations unies a conclu sa visite dimanche avec au bout, une grande satisfaction. Après plusieurs rencontres avec les acteurs de la crise, la délégation a dressé un constat positif quant à l‘évolution du processus de paix à propos duquel l’ambassadeur de la France au Conseil de sécurité souligne « une réelle volonté (de toutes les parties impliquées) de faire la paix ». « Comme les autres membres de la délégation de l’ONU, j’ai constaté lors de nos entretiens avec toutes les parties, une volonté réelle de faire la paix et c’est important », a déclaré, à l’AFP, François Delattre, au dernier jour de la visite de la mission entamée vendredi soir.

Ce constat a été dressé à l’issue de visites à Mopti et Tombouctou et de multiples rencontres avec plusieurs autorités maliennes, dont un entretien avec le président Ibrahim Boubacar Keïta. Dimanche, les représentants des quinze pays membres du Conseil se sont ensuite entretenus avec des représentants de la Plateforme, coalition de mouvements armés soutenant le gouvernement, de la Coordination des mouvements de l’Azawad (CMA), ex-rébellion à dominance touareg, ainsi que de la société civile. Au sortir de ces rencontres, la délégation a réitéré l’appel de l’ONU à accélérer la mise en œuvre de l’accord de paix signé en mai-juin 2015 par Bamako, la Plateforme et la CMA.

Depuis sa signature, cet accord peine à être appliqué, même si la CMA et la Plateforme se sont entendues début février pour cohabiter pacifiquement à Kidal (extrême nord-est), jusqu‘à récemment sous contrôle de l’ex-rébellion. Ces ex-rivaux ont annoncé la tenue dans cette ville, du 27 au 30 mars, d’un forum « pour la réconciliation » auquel devraient participer des membres du gouvernement, alors que des représentants de l’Etat sont absents de plusieurs localités de la région, pour certaines depuis 2012. Une initiative soutenue par les Nations unies qui la considèrent comme « une étape importante et bienvenue ». « Ce sont des signes extrêmement encourageants, ce sont des avancées extrêmement importantes que nous encourageons, que nous saluons et nous attendons avec beaucoup d’impatience le forum qui est programmé à Kidal du 27 au 30 mars, parce que c’est cela aussi la mise en œuvre de l’Accord », souligne la mission dans une ‘‘déclaration à la presse’‘:http://minusma.unmissions.org/d%C3%A9claration-%C3%A0-la-presse-repr%C3%A9sentant-sp%C3%A9cial-du-secr%C3%A9taire-g%C3%A9n%C3%A9ral-au-mali-et-chef-de-la-minusma-m.

Pour l’ONU, il faudra tout de même accélérer le processus à travers un dialogue qui doit « prendre racine » entre les différentes parties. Des échanges qui passeront par l‘établissement d’un canevas clair pour pouvoir aborder « avec précision » d’autres mesures prévues par l’accord, affirme l’ambassadeur de France, citant notamment « la question du désarmement, de la décentralisation, de la réinsertion (des ex-combattants) et du redéploiement de l‘État dans le nord du Mali ».

Voir plus