Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

Sahara occidental : Ban Ki-moon pour la relance des pourparlers

Sahara occidental : Ban Ki-moon pour la relance des pourparlers

Sahara occidental

En visite en Mauritanie, le secrétaire général de l’ONU a fait part de sa volonté d‘établir une médiation entre le Maroc et les indépendantistes du Sahara occidental.

Ban Ki-moon était en visite ce vendredi en Mauritanie, où il a rencontré le président Mohamed Ould Abdel Aziz. Les deux hommes se sont entretenus sur la question du conflit au Sahara occidental, qui oppose le Maroc aux indépendantistes du Front Polisario. M. Ban a l’intention de « relancer les négociations pour résoudre le conflit afin que les réfugiés sahraouis puissent rentrer chez eux au Sahara occidental. »

Le chef de l’ONU a par ailleurs félicité le président mauritanien pour son ferme soutien aux efforts de médiation des Nations unies pour le Sahara occidental, selon un communiqué des Nations unies.

C’est dans le cadre d’une tournée ouest et nord-africaine que Ban Ki-moon s’est rendu en Mauritanie. Ce samedi, il visitera les camps de réfugiés de Tindouf, en Algérie, où est basé le Front Polisario.

Le Sahara occidental, ancienne colonie espagnole, est un territoire revendiqué à la fois par le Maroc et la République arabe sahraouie démocratique (RASD), proclamée par le Front Polisario en 1976, après le retrait du colonisateur espagnol en 1975. Les Sahraouis bénéficient du soutien de l’Algérie.

Une profonde divergence de points de vue

Le Front Polisario est un mouvement dont l’objectif est l’indépendance totale du Sahara occidental. Devenu un enjeu global illustrant la rivalité entre le Maroc et l’Algérie, le dossier saharien bloque toujours la construction de l’Union du Maghreb arabe (UMA).

Le Front Polisario s’appuie sur un « consensus écrasant parmi les Sahraouis vivant sur le territoire en faveur de l’indépendance et en opposition à l’intégration avec tout pays voisin ». Quant au Maroc, il fonde sa revendication sur les accords de Madrid, sur la base de liens d’allégeance passés entre les tribus sahraouies et les sultans du Maroc, et sur le caractère marocain supposé du territoire avant la colonisation (espagnole).

Depuis le cessez-le-feu de 1991, le Maroc contrôle et administre environ 80 % du territoire, tandis que le Front Polisario en contrôle 20 % laissés par le Maroc derrière une longue ceinture de sécurité, le « mur marocain », devenu aujourd’hui la frontière de facto.