Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

Un djihadiste malien devant la CPI

Un djihadiste malien devant la CPI

Pays-bas

Un djihadiste malien soupçonné d’avoir joué un rôle majeur dans la destruction de sites historiques dans le Nord du Mali est appelé à la barre de la CPI.

Transféré à la Haye en septembre dernier, Ahmad Al Faqi Al-Mahdi, ce chef touareg suspecté d’avoir pris part activement à la destruction des mausolées de Tombouctou, lorsque cette partie du Mali était occupée par le groupe djihadiste d’Ansar Dine. La première audience de confirmation de charge prévue le 18 janvier dernier avait été reportée à ce 1er mars.

Soupçonné de “crimes de guerre” pour la destruction de neuf mausolées et précisément de la mosquée Sidi Yahia, Ahmad Al Faqi risque une peine de trente années d’emprisonnement, si jamais il est jugé.

Entre juin et juillet 2012, 14 mosquées historiques de la ville de Tombouctou datant pour les plus anciens du XVIe siècle ont été détruites. C’est la première fois que les juges de la CPI se prononceront sur la destruction d’édifices religieux.

Une première comparution d’Ahmad Al Faqi Al-Mahdi en tant qu’ancien chef de « la brigade des mœurs » de la Ville des 333 Saints s‘était déroulée le 30 septembre dernier devant la Chambre préliminaire de la Cour pénale internationale. Dans une vidéo diffusée, il y a quelques jours, le chef du groupe djihadiste Ansar Dine, Iyad Ag Ghaly, appelait à la libération « sans condition » d’Ahmad Al Faqi Al-Mahdi.

Ces mausolées témoignent du “passé prestigieux de Tombouctou” et figuraient avant leurs destructions dans le patrimoine culturel de l’Unesco. En mars 2014, leur reconstruction a été confiée à un groupe de maçons locaux. Ces derniers ont reproduit les sites originaux en récupérant des restes de murs. Les travaux de réhabilitation ont pris fin en juillet 2015.

Voir plus